lopes (rony) (L. Argueyrolles/L'Equipe)
Ligue des Champions - Quarts

Rony Lopes : «Le jeu de Monaco est l'un des meilleurs en Europe»

Prêté par l'AS Monaco à Lille, Rony Lopes est conquis par le jeu proposé par les hommes de Leonardo Jardim. Le Portugais fait également un point sur sa carrière, son avenir, Marcelo Bielsa ou encore ses compatriotes Cristiano Ronaldo et Gonçalo Guedes.

«Rony, comment, en tant que Monégasque (sous contrat jusqu'en 2020), vivez-vous à distance la saison du club auquel vous appartenez ?
Je suis toujours Monaco, je regarde tous les matches, en direct quand c'est possible. J'ai de bons amis là-bas et j'aime voir comment l'équipe évolue sur le terrain. Le football attractif et offensif de l'ASM est l'un des meilleurs en Europe en ce moment et j'apprécie le travail de l'équipe.

Jusqu'où Monaco peut-il aller ?
Même si on ne peut rien prédire, si le vainqueur de la Ligue des champions devait être l'équipe qui pratique le plus beau football, Monaco serait à coup sûr en finale et même en mesure de remporter la Coupe !

Regrettez-vous de ne pas faire partie de l'aventure ?
Pas du tout. Cette année a été très importante pour moi et le LOSC a été un super challenge. Je me sens important pour l'équipe et j'ai encore énormément grandi. Cela a été un peu compliqué, le club a connu de nombreux changements, c'est une phase de transition importante pour le club. La ville de Lille et les supporters ont toujours été derrière nous, à chaque étape, et c'est vraiment important. Je suis sûr que l'an prochain, le LOSC sera de retour parmi les meilleurs et se battra pour remporter des titres.
«Je veux que l'on se souvienne de moi sur et en dehors du terrain pour de bonnes choses»
Vous avez été prêté à plusieurs reprises ces dernières saisons ; malgré un certain talent, on a l'impression que vous alternez le bon et le moins bon. Comment l'expliquez-vous ?
C'est la vie normale d'un footballeur professionnel, j'y suis habitué. Ma famille a quitté le Brésil pour le Portugal quand j'avais 4 ans. Ensuite l'Angleterre puis la France. Cela peut paraître beaucoup mais le point positif, c'est que j'ai gardé de bons potes un peu partout. Au-delà de tout ça, tous ces changements sont une part naturelle de mon évolution. Avoir 21 ans et déjà autant d'expérience dans des compétitions aussi exigeantes que celles que j'ai connues en France ou en Angleterre, tout comme les Coupes d'Europe, c'est très important pour moi. Ce que je veux, indépendamment de l'endroit où je suis, c'est laisser une bonne image de moi. Je veux que l'on se souvienne de moi sur et en dehors du terrain pour de bonnes choses. Les meilleures possible. En ce qui concerne l'avenir, un joueur de foot peut juste programmer la semaine qui vient. Voici ce que j'ai prévu : gagner le prochain match. C'est toujours le plus important. Je fais de mon mieux pour m'améliorer chaque jour et je suis sûr que l'avenir sera brillant. Mais ce qui importe vraiment, c'est le présent.

L'arrivée de Marcelo Bielsa cet été est un véritable événement pour Lille et la Ligue 1. Quelle image avez-vous de lui ?
Je connais le travail de Bielsa et sa volonté d'inculquer à ses équipes un état d'esprit offensif. Il est considéré comme l'un des meilleurs entraîneurs et un véritable leader qui aime la gagne. C'est ce que tous les joueurs veulent. Le LOSC sera parmi les meilleurs l'an prochain, j'en suis sûr.

Ancien joueur de Benfica comme vous, Gonçalo Guedes a peu de temps de jeu à Paris. Que pouvez-vous nous dire de lui ?
C'est un super talent, il a déjà démontré énormément. Nous jouons ensemble avec les Espoirs portugais. C'est un joueur rapide et polyvalent, qui peut jouer des deux côtés et derrière l'attaquant. C'est un adversaire dangereux quand il joue dans l'équipe d'en face et un super joueur quand vous l'avez avec vous.
«Ronaldo et Messi sont une preuve vivante que le travail finit par payer»
Vous avez connu toutes les sélections sous le maillot du Portugal. Que vous manque-t-il pour décrocher une première apparition avec les A ?
Le Portugal a une super équipe, vraiment. L'Euro n'était pas un accident (rires). J'ai passé d'excellents moments avec les différentes sélections du Portugal mais mon but ultime est d'avoir l'honneur de représenter mon pays un jour avec les A. Pour y parvenir, je sais que je dois faire mes preuves sur le terrain et faire la différence chaque fois que je joue. Cela ne veut pas dire marquer à chaque match mais surtout aider l'équipe et faire en sorte que les performances soient meilleures quand je suis sur la pelouse. C'est la différence entre un bon joueur et un super joueur. Comme il n'y a que des supers joueurs dans l'équipe A du Portugal, mon objectif est de le devenir.

Vous réagissez régulièrement aux performances et diverses récompenses de Cristiano Ronaldo sur Twitter. En quoi inspire-t-il votre carrière ?
J'essaye d'interagir avec mes amis sur les réseaux sociaux aussi souvent que je le peux. Je ne les considère pas comme des «fans» ou des «followers» mais comme des amis parce que la plupart du temps, c'est moi qui les suis et qui suis intéressé par ce qu'ils font, quelles musiques ils écoutent ou quelle séries télé ils regardent. S'ils prennent le temps et font l'effort de m'écrire, de liker mes photos ou mes posts, le moins que je puisse faire est de le rendre la pareille. Et j'adore ça. En ce qui concerne Ronaldo, c'est le capitaine de l'équipe nationale et un vrai gagneur. Il a rencontré pas mal d'obstacles quand il était jeune et s'est battu pour remporter ses victoires extraordinaires. Comme Leo Messi, qui a aussi quitté l'Argentine quand il était jeune pour suivre son rêve de devenir le meilleur. Cela m'inspire beaucoup : ils sont une preuve vivante que le travail finit par payer. Et je suis toujours prêt quand il s'agit de travailler !»
Nabil Djellit
Réagissez à cet article
500 caractères max