mbappe lottin (kylian) dembele (ousmane) (P. Lahalle/L'Equipe)
CM 2018 - Bleus

Roulez jeunesse !

Contre l'Australie, les Bleus pourraient s'offrir une cure de jouvence en titularisant notamment le duo Dembélé-Mbappé. A la veille du match, Didier Deschamps a chassé les doutes concernant leur peu d'expérience en sélection.

Didier Deschamps a souvent répété pendant la préparation tricolore et ses nombreuses interviews qu'il avait son équipe en tête pour l'Australie. Le sélectionneur a également souligné «l'importance primordiale du premier match» dans une grande compétition internationale. En 2014, au Brésil, la bande à DD avait débuté en fanfare face au Honduras avec notamment un doublé de Karim Benzema (3-0). En 2016, pour l'Euro à la maison, l'entame avait été plus poussive. C'est Dimitri Payet qui avait alors sorti le grand jeu dans les ultimes minutes au Stade de France pour mettre les Bleus dans le sens de la marche contre la Roumanie (2-1). Ces deux bons départs avaient été initiés par des joueurs d'expérience aussi bien par l'âge qu'aux nombre de sélections. Le vent a tourné depuis. Y compris dans l'esprit de Deschamps.
Face à l'Australie, ce samedi à 14 heures à Kazan, les Bleus devraient aligner la composition la plus juvénile de leur histoire pour un premier match de Coupe du monde
Son équipe de départ, celle du 16 juin qui le fait cogiter depuis le tirage de ce groupe C au Kremlin en décembre, a considérablement évolué ces dernières semaines. Plus sur ce qu'il a vu lors des trois matches amicaux contre l'Eire (2-0), l'Italie (3-1) et les Etats-Unis (1-1) qu'à cause des petites frayeurs physiques de Djibril Sidibé à Olivier Giroud en passant par la dernière en date de Kylian Mbappé à l'entraînement. La jeunesse semble bien avoir pris le pouvoir depuis l'annonce de la liste des 23 et le début de cette campagne vers la Russie. Si la colonne vertébrale des Bleus ne vacille pas tellement entre Lloris, Varane, Kanté et Griezmann, la sève est montée de tous les côtés. Face à l'Australie, ce samedi à 14 heures à Kazan, les Bleus devraient – suivant les dernières indiscrétions des entraînements – aligner la composition la plus juvénile de leur histoire pour un premier match de Coupe du monde. C'est pourtant la quinzième qu'ils disputent sur vingt-et-une éditions depuis 1930. «Roulez jeunesse !» comme aurait dit l'attachant Lucien Laurent, le premier buteur de la première Coupe du monde en Uruguay à 22 ans. Le onze probable face aux Australiens (Lloris – Pavard, Varane, Umtiti, Hernandez – Tolisso, Kanté, Pogba – Mbappé, Griezmann, Dembélé) affichera 24 ans et six mois de moyenne d'âge avec seulement trois joueurs au-dessus des 25 ans (Lloris, Kanté, Griezmann). «Mais ce n'est pas un risque, a précisé Didier Deschamps lors de son ultime conférence de presse à Kazan. Ces jeunes sont là, ils font partie des 23 (NDLR : dont la moyenne d'âge est de 26 ans et dix jours, la deuxième sélection la plus jeune derrière le Nigéria), et c'est moi qui les ai choisis. C'est bien que j'ai confiance en eux ! Même si quatorze joueurs n'ont pas encore connu de grande compétition, j'estime qu'ils sont tous au niveau. Ils ont la qualité pour être là. Je ne regarde pas si loin dans les statistiques. Ils évoluent tous dans des grands clubs et sont habitués aux grandes compétitions. Après, mon onze de départ, peu importe quand je l'avais en tête... Il y a des éléments que je peux avoir et pas vous. Mes choix sont dictés par le meilleur que j'estime pour l'équipe de France.»

Le duo Hernandez-Pavard et Dembélé en pole

Quatre changements pourraient ainsi intervenir par rapport à l'équipe qui a commencé le dernier match amical face aux Etats-Unis (Pavard pour Sidibé, Hernandez pour Mendy, Tolisso pour Matuidi, Dembélé pour Giroud). Il fallait donc aller chercher plus d'indices dans le meilleur match de la préparation face à l'Italie (3-1) où seul Adil Rami remplaçait Raphaël Varane dans l'équipe qui germait alors dans la tête de DD. Avec le Madrilène vainqueur de la Ligue des champions, et associé à Samuel Umtiti en charnière, les dix mêmes qu'à Nice débuteront vraisemblablement à Kazan. Avec le duo de latéraux Pavard et Hernandez, que personne ne sentait pousser au moment de se souhaiter la bonne année, la défense tricolore n'aura qu'à peine 23 ans de moyenne d'âge. Hugo Lloris, qui honorera sa 99e sélection contre l'Australie, se veut aussi rassurant. «On peut toujours avancer le manque d'expérience, souligne le capitaine tricolore, mais cette jeunesse a de la fraîcheur, de l'envie et de la folie pour compenser. Elle est très talentueuse et ne manque pas d'ambitions. Elle l'a prouvé en club. Elle veut le démontrer sur une épreuve comme la Coupe du monde. Derrière, Lucas (Hernandez, 5 sélections) et Benjamin (Pavard, 6 sélections) apportent leur rigueur et leur personnalité.»
Malgré ses galons de 4e meilleur buteur de l'histoire des Bleus, Olivier Giroud ne pouvait résister plus longtemps à un talent que nous envie le monde en Russie
Souvent taxé de conservateur, le sélectionneur a rebattu ses cartes sans toutefois tenter un coup de poker insensé. Le capitaine des Champions du monde connaît aussi tous les bienfaits d'une cure de jouvence, surtout offensive. En 1998, David Trezeguet et surtout Thierry Henry ne s'étaient pas démontés face aux évènements pour aller soulever le plus prestigieux des trophées à vingt ans. A eux deux, Mbappé (19 ans, deuxième joueur le plus jeune de ce Mondial derrière l'Australien Arzani) et Dembélé (21 ans) affichent la même moyenne d'âge. On est même tenté de dire que leur pedigree est supérieur aux deux ex-Monégasques à la même période de leur carrière. On sentait d'ailleurs le vent tourner en attaque pour Olivier Giroud depuis un moment. Malgré ses galons de 4e meilleur buteur de l'histoire des Bleus (31 réalisations), l'avant-centre de 31 ans (74 sélections) ne pouvait résister plus longtemps à un talent que nous envie le monde en Russie. Le ticket Dembélé-Mbappé pèse 325 millions d'euros à la bourse des transferts. Il est bonifié par Antoine Griezmann, à la clause libératoire de 200 millions d'euros à l'Atlético Madrid, mais qui se présente surtout en Russie comme une des vedettes de ce Mondial, meilleur buteur (6 buts) et joueur de l'Euro 2016. A Kazan, capitale de la République du Tatarstan, ce trident a les canines affutées. Prêt à manger du steak de Kangourou tout cru pour s'ouvrir l'appétit !
François Verdenet, à Kazan
Réagissez à cet article
500 caractères max
armellasebastien 16 juin à 13:08

La jeunesse c'est super , c'est l'avenir mais une équipe c'est un équilibre , un savant mélange de jeunesse et d'expérience , de vitalité et de poids ( et là je pense à Giroud qui pour moi reste un atout important pour notre attaque , ses stats parlent pour lui d'ailleurs) alors nos jeunes , je dis "Yahoo" !!! mais la coupe du monde a souvent montré que le métier , c'est pas inné , ça s'apprend et ce sont les années qui te le donne

mazedour 16 juin à 4:04

Le kangourou pourrait bien faire faux bond a dd et gs qui dans leurs têtes restent tjrs des tatillons. Wait and see .. Le kgr a plein de tours dans sa...

250174 15 juin à 22:04

On ne peut rêver mieux. Deschamps enfin revenu à la raison.