Le Stade de France pourrait accueillir plus de 5 000 personnes pour les finales. (A. Réau/L'Equipe)
Coupes

Roxana Maracineanu pas opposée à une extension de la jauge de 5 000 personnes pour les finales de Coupes

La ministre des Sports n'a pas fermé la porte lundi à une jauge rehaussée pour les finales de Coupes, tout en rappelant que la limite actuelle des 5 000 personnes ne valait pas que pour le sport et que la décision devrait être prise « en cohérence ».

En marge de la réunion de l'Instance nationale du supportérisme, lundi à Paris, Roxana Maracineanu a prôné « un retour progressif et prudent dans les stades afin que les supporters reviennent en toute sécurité la saison prochaine ». « Nous sommes dans l'attente de propositions des Ligues et des Fédérations », a dit la ministre des Sports pour laquelle « la jauge des stades doit être prise en compte mais aussi les flux des supporters (dans les transports publics) ».
Pour les finales de Coupes de France (PSG - Saint-Etienne) et de la Ligue (PSG - OL), elle n'a pas fermé la porte à une extension de la jauge de 5 000 personnes actuellement autorisée comme le demande Noël Le Graët - le président de la Fédération a évoqué une jauge de 20 000 personnes pour la finale de la Coupe de France au Stade de France (80 000 places) - mais elle a rappelé que la limite des 5 000 s'appliquait aussi à d'autres secteurs comme l'événementiel et que le gouvernement entendait sur cette question « continuer d'avancer dans la cohérence ». « Plus le président de la République et le Premier ministre entendront la voix des sportifs et du sport, plus nous aurons de chances de faire avancer les choses », a-t-elle ajouté.

« Les deux lignes rouges » des supporters

« Les supporters respecteront l'ensemble des recommandations sanitaires, a dit de son côté Pierre Barthelemy, avocat et membre du bureau de l'Association nationale des supporters (ANS). Mais nous demandons à ce que ces règles soient adaptées au cas par cas en fonction des situations locales, en fonction de l'offre de transports et de la jauge des stades. Les supporters sont à la disposition des clubs et des préfets localement pour prendre les meilleures décisions, avec deux lignes rouges : pas de discriminations entre les tribunes et pas de mécanismes artificiels de présence ou d'ambiance qui viendraient se substituer à l'émotion des supporters. » En clair : pas de mannequins dans les gradins ou d'enregistrements d'encouragements comme en Allemagne.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :