Ligue Europa - OM

Rudi Garcia (entraîneur de Marseille) : «Ça urge de gagner»

Après deux lourdes défaites d'affilée contre Monaco (1-6) et Rennes (1-3), Marseille doit absolument battre le club turc de Konyaspor en Ligue Europa, selon son entraîneur Rudi Garcia.

«Comment vivez-vous la période actuelle d' ''enflammade'' autour de l'OM ?
Il faut gagner le prochain match, il n'y a rien d'autre à faire. On travaille pour ça, on trouve les solutions. Il faut gagner jeudi et dimanche (à Amiens en Ligue 1). Pour l'instant, on va se concentrer sur la compétition pour laquelle on a bataillé sept mois et quatre matches pour se qualifier. On n'a pas d'excuses à trouver à l'avance, on a assez de qualités pour l'emporter sur le terrain. Ce n'est pas après deux défaites qu'il faut perdre la tête, il faut au contraire garder la tête froide, rester serein, concentré sur ce qu'on fait. Si on n'a pas perdu pendant six mois, cela veut bien dire qu'il y a quelques qualités dans cette équipe. Maintenant, ça urge de gagner.

Est-ce que vous trouvez les critiques des médias ou des supporters disproportionnées ?
Peu importe. À quoi ça sert d'avoir mon avis là-dessus ? Ce qui compte, c'est que les joueurs adhèrent, et il faut le montrer sur le terrain. Il faut rentrer en mode guerrier dans ce match. Quant aux supporters, il faut que le Vélodrome reste un atout. Ce stade est fantastique, mais les joueurs ont besoin du soutien de leur public. Plus le Vélodrome est rempli, mieux c'est pour nous. Je ne demande rien, c'est à nous de mettre le public derrière nous. Je n'ai rien à répondre à personne, juste à travailler et gagner les matches.

Patrice Évra n'est pas à son meilleur niveau, est-ce que compte tenu de son CV, vous devez le gérer d'une façon particulière ?
Il n'y a pas de gestion particulière, tous mes joueurs sont particuliers, j'ai autant d'amour pour les uns et les autres, les jeunes et les expérimentés. Personne n'est titulaire indiscutable, à chacun de prendre sa place, comme Max (Lopez) l'a montré l'an dernier. Sur la première période du dernier match (Rennes), tout le monde est à blâmer, pas seulement Pat Evra. Et à Monaco, Pat ne jouait pas. Je ne regarde pas l'âge ni le statut, je veux une équipe qui gagne.»
Réagissez à cet article
500 caractères max