Ludovic Ajorque et les Strasbourgeois sont qualifiés pour les huitièmes de finale de la Coupe de France. (R. Perrocheau/L'Équipe)
Coupe - Strasbourg

Strasbourg : dix minutes qui ont tout changé à Angoulême

Le Racing club de Strasbourg, qui restait sur deux matches sans but inscrit, en a marqué cinq à Angoulême (N 2) en seizièmes de finale de la Coupe de France. Dont quatre en dix minutes, juste après avoir frôlé le 0-2...

« Au fond de moi, je me suis dit, celle-là, elle fait mal... » Un sourire de dépit aux lèvres, Hervé Loubat a ainsi évoqué l'énorme balle de 2-0 manquée par son avant-centre Ashley Moke à la 32e minute, face à un Matz Sels impressionnant. L'entraîneur d'Angoulême, qui avait ouvert le score par Lucas Franco dès la 6e, a eu raison de craindre le pire. Car dans la foulée, les Strasbourgeois - qui étaient « en début de match, encore un peu à Murcie (en Espagne, où ils ont passé la semaine en stage) », comme l'a constaté leur coach, Thierry Laurey - ont inscrit quatre buts en dix minutes, de la 34e à la 44e !
Les résultats des seizièmes de finale de la Coupe de France
Pour une équipe restée muette lors de ses deux précédentes rencontres - en quarts de finale de la Coupe de la Ligue à Reims (0-0, 2-4 aux t.a.b.), puis à Metz en L 1 (0-1) - cette période de douce folie, n'est pas anodine, même chez le neuvième du groupe C de National 2. « On était un peu endormis au début, mais ensuite, on s'est comportés comme une véritable équipe de L 1. Surtout, cette fois, on a concrétisé presque toutes nos occasions franches », s'est réjoui Lamine Koné, défenseur central du RCSA.
Le film du match Angoulême-Strasbourg
« Il fallait simplement qu'on joue plus simple », a précisé Laurey, en soulignant : « Nos buts sont vraiment bien amenés et super beaux ». Avec une grande variété, puisqu'on y trouve un tir croisé de Zohi, bien décalé par Bellegarde (34e), qui a ensuite marqué de près sur un centre parfait d'Ajorque (38e) et a réussi une deuxième passe décisive, sur un coup franc en retrait, à Djiku (44e)... sur lequel Thomasson s'est appuyé pour trouver la lucarne d'une splendide frappe enroulée (36e) !

En attendant Majeed...

Certes aidé par le logique relâchement alsacien après la pause - « on a déjà pas mal de blessés (Mothiba, Da Costa, Simakan, Caci, Prcic...) et on ne voulait surtout pas prendre de risques », confiait Koné - l'ACFC a ensuite dominé la seconde période, trouvant même le poteau à deux reprises (59e, 83e). Mais le Racing a eu le dernier mot, grâce à un penalty généreux, obtenu et transformé par Ludovic Ajorque (82e), ainsi auteur de son dixième but de la saison.
« Pau (National) n'a pas rendu service à Angoulême jeudi en éliminant Bordeaux (3-2) », concluait Laurey, finalement satisfait de l'implication et de l'application de ses joueurs. Même si celles-ci n'ont vraiment existé à 100 % que pendant dix minutes, cela a largement suffi. Devant sa télé, l'attaquant ghanéen Waris Majeed (28 ans), prêté jeudi par le FC Porto avec une option d'achat obligatoire de 2 M€ (pour deux ans), a dû apprécier.
Les folles 48 heures de l'arrivée de Majeed Waris à Strasbourg
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :