strootman (kevin) ndombele (tanguy) (P.Lahalle/L'Equipe)
Ligue 1 - 36e journée

Tanguy Ndombele, clé de voûte du milieu de l'OL

Un peu en dedans sur ses récentes sorties, Tanguy Ndombele a fait taire toutes les critiques après sa prestation contre l'OM (3-0). Récupérations, projections, dribbles et qualité de passe... Un match qui frôle la perfection. Décryptage.

Ces dernières semaines, on l'a dit moins bien, physiquement pas tellement affuté, trop irrégulier. Contre l'OM, pas de doute : l'international français a répondu présent. Autant dans l'engagement nécessaire dans ce genre d'affiches, que dans la justesse technique que l'on lui connaît. Dès l'entame, il donnait le ton. Il dribblait astucieusement entre deux adversaires pour se sortir de la nasse et orienter proprement (1re), puis jouait de malice pour se retourner et partir dans le sens du but (2e). Deux actions qui résumaient l'état d'esprit du milieu de terrain de l'OL, aligné comme c'est (toujours) souvent le cas, aux côtés d'Aouar dans un double-pivot. Car le Français s'est appliqué à réussir tout ce qu'il entreprenait sur l'intégralité de la rencontre, en se plaçant comme un des grands artisans de ce succès contre le rival olympien.

Lire :
-L'OL humilie l'OM
-Les notes du match
Les offensifs de Lyon tentaient à chaque fois de presser ensemble pour empêcher leurs adversaires de relancer. Ndombele avait ce rôle de récupérateur, en deuxième lame, pour mettre encore plus sous pression les milieux marseillais. Ainsi, il pouvait récupérer le ballon et lancer le contre (13e, 62e). Ou user de son toucher de balle dans les petits espaces pour se sortir de situations tendues (9e, 57e). Dans les duels, Lopez faisait pâle figure en face. Offensivement, il a pu mettre toutes ses qualités au service de son équipe. Il a une nouvelle fois prouvé qu'il avait des facilités pour casser des lignes. Que ce soit par son jeu de corps, ses feintes qui prennent à revers le vis-à-vis qui vient au pressing et qui lui permettent de s'ouvrir l'espace (44e). Ou par ses passes tranchantes. En témoigne cette offrande dans le cœur du jeu pour Depay qui gâchait quelque peu son duel contre Mandanda (29e). Ou quand il envoyait une nouvelle fois une passe cachée merveilleuse de son «mauvais» pied pour Terrier, qui entraînait l'expulsion de Caleta-Car (67e). En point d'orgue, il y a cette passe décisive incroyable de l'extérieur du pied pour Dembélé sur le second but (83e).
Légende : Les ouvertures «cachées» de Ndombele qui ont permis à l'OL de se créer deux grosses situations : pour Depay (29e) et pour Terrier (67e) (captures d'écran : Canal+).
Légende : Les ouvertures «cachées» de Ndombele qui ont permis à l'OL de se créer deux grosses situations : pour Depay (29e) et pour Terrier (67e) (captures d'écran : Canal+).

Des boulevards

Souvent plus en retrait, voire entre les deux centraux (30e, 53e), il a servi de première rampe de lancement à son équipe. D'un côté, il attirait les Marseillais, pour les faire sortir, permettant à un coéquipier d'en profiter. De l'autre, il proposait une solution à Marcelo ou Morel pour repartir. Une fois qu'il se mettait dans le sens du jeu, souvent pas assez gêné par l'OM, il avait des boulevards. Il partait dans ses raids verticaux et sollicitait ses coéquipiers pour des relais courts. À chaque fois, il réussissait à faire ressortir le ballon sans trembler. Il jouait simple et bien, à l'image de ses 90% de passes réussies, dont 69% vers l'avant. Et se payait même le luxe de briller défensivement et de sauver la baraque devant Luiz Gustavo sur corner, alors que le Brésilien avait décoché une frappe (58e). Une performance XXL qui doit à la fois rassurer les rares sceptiques restants, mais aussi rappeler à tout le monde que Ndombele est (déjà) un des meilleurs à son poste.
Jérémy Docteur
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :