tolisso (corentin) (L'Equipe)
Ligue 1 - Lyon

Corentin Tolisso : «A Lyon, mon statut a changé»

Le milieu de terrain de 20 ans a été l'une des grandes révélations de l'OL et de la Ligue 1 l'an dernier. Pour FF.fr, Corentin Tolisso a accepté de se confier sur la saison qui s'annonce et sur ses objectifs... Forcément élevés.

«Vous venez de prolonger jusqu'en 2020. Ça vous libère l'esprit ?
Oui, c'est sûr. C'est vraiment un soulagement de reprendre le foot en ayant réglé ce problème. C'est toujours mieux.
 
On vous a senti affuté contre le Milan AC (2-1, il a joué les 90 minutes). Vous n'avez pas arrêté l'entraînement pendant les vacances ?
Après le dernier match en sélection (avec les espoirs français, NDLR), il ne me restait que deux semaines et demie, donc je n'ai pas coupé et j'ai continué à courir et à m'entretenir. J'ai fait le stage de reprise à Crans-Montana à fond et ça m'a aussi aidé à être prêt physiquement contre le Milan. Je me suis bien senti, que ce soit en 8 ou en 6. Ça m'a fait du bien de jouer ce match.
 

«On voulait être comme Juninho»

On a d'ailleurs remarqué que vous aviez récupéré le numéro 8 à l'OL (il avait précédemment le n°24). Êtes-vous plutôt Juninho ou Yoann Gourcuff ?
Je suis Corentin Tolisso ! De grands joueurs ont porté ce numéro à l'OL, à moi maintenant de faire de très bonnes choses. Mais peu importe le numéro, je me donnerai toujours à fond pour emmener l'équipe le plus haut possible. Juninho était vraiment exceptionnel, c'était un exemple pour nous, les jeunes du centre de formation. On voulait être comme lui. Mais il ne faut pas que je me prenne la tête parce que j'ai pris son numéro... Il faut passer outre.
 
Face au Milan, vous avez laissé le coup-franc à Fekir et vous avez bien fait puisqu'il a marqué. Mais on sait que vous vous entrainez beaucoup à les frapper comme Juninho...
Oui, j'essaye de frapper le ballon de manière à le faire flotter. Mais c'est très difficile ! Ça fait un bon moment que je m'entraîne et je n'ai pas encore trouvé le geste parfait. Je vais continuer de m'entraîner comme ça, car c'est un objectif d'en marquer un, un jour. 
 
Fekir est-il meilleur que vous pour l'instant dans cet exercice ?
Oui, bien sûr ! Depuis tout petit, Nabil est un bon tireur de coup-franc. J'ai joué plusieurs fois contre lui donc je le sais très bien. De près, il est très fort. On l'a déjà vu l'an dernier, il en a mis quelques-uns sur la barre. Il est meilleur que moi, sans problème.
 
Corentin Tolisso aime se transformer en buteur comme à Reims la saison dernière, où il a inscrit l'un de ses sept buts. (L'Equipe)
Corentin Tolisso aime se transformer en buteur comme à Reims la saison dernière, où il a inscrit l'un de ses sept buts. (L'Equipe)

«J'aime beaucoup marquer des buts»

«Je veux devenir un titulaire indiscutable»
Hubert Fournier vous a utilisé successivement latéral, relayeur, sentinelle et défenseur central, avec réussite à chaque fois. Est-ce que l'OL a besoin de quatre Corentin Tolisso ?
(Rires) Non, non, non ! Un seul suffit ! Au début, il manquait du monde au poste de latéral donc c'est là que j'ai pu débuter. Après, Christophe (Jallet) est arrivé, Henri (Bedimo) est revenu de blessure, donc il a fallu que je m'impose au milieu de terrain pour rester dans l'équipe. C'est ce que j'ai réussi à faire l'année dernière. Et cette année je veux devenir un titulaire indiscutable.
 
Mais vous l'êtes déjà ! Vous faites même partie de la colonne vertébrale de l'OL...
C'est sûr que mon statut a changé. Je le vois bien avec mon nouveau contrat. Et je vois bien que je n'ai plus rien à voir avec le Corentin Tolisso de l'année dernière. Je ne me considère plus comme un petit jeune qui ne doit rien dire... Mais après, il y a beaucoup de concurrence et rien n'est jamais acquis. C'est en pensant que tout est acquis qu'on peut se faire passer devant. Je n'ai pas cette mentalité-là. Et je fais tout pour garder ma place dans l'équipe.
 
À quel poste va votre préférence ?
Je préfère jouer milieu, devant la défense. Je suis face au jeu et j'ai plus de qualité pour jouer à ce poste-là. Mais j'aime bien jouer aussi en numéro 8 comme relayeur, car ça me permet d'aller de l'avant et d'inscrire des buts. J'aime beaucoup marquer.
Tolisso chez les grands à l'Euro 2016 ? Pour l'instant, il compte neuf sélections chez les Espoirs.  (L'Equipe)
Tolisso chez les grands à l'Euro 2016 ? Pour l'instant, il compte neuf sélections chez les Espoirs. (L'Equipe)

«Tant que l'OL vise les sommets, il n'y a aucun problème pour que je reste»

Si le club reste ambitieux, cela vous dirait de faire un (très) long chemin avec l'OL, à la manière d'un Maxime Gonalons ?
Bien sûr. J'ai tout à Lyon, ma famille, mes amis... Je suis depuis très longtemps à l'OL. Avec les ambitions qu'a le club actuellement, le projet est très alléchant et très intéressant. Donc tant que l'Olympique Lyonnais vise les sommets, il n'y a aucun problème pour que je reste ici.
 
Dans moins d'un an, ce sera l'Euro 2016. Est-ce un véritable objectif pour vous d'y participer avec les Bleus ?
Oui. Après, c'est sûr que c'est compliqué car il y a beaucoup de monde et peu de places. Il faut que je continue à progresser et que je fasse de gros matches en Ligue des champions cette saison. Si je suis présent dans ces gros matches, je vais avoir ma chance. Mais il ne faut pas que je me focalise sur ça.
 
Et chiper le titre au PSG, ça vous titille ?
L'an dernier, déjà, on y a beaucoup cru. On a été premiers pendant une dizaine de journées, plus souvent que le PSG, donc forcément ça donne envie. Il faudra faire un très gros début de saison pour tenter de les accrocher le plus longtemps possible. Mais l'objectif du club, je pense, est plutôt de se qualifier une nouvelle fois pour la Ligue des Champions.»
 
Hugo Guillemet (@hugoguillemet)
 
Réagissez à cet article
500 caractères max
Liks69 23 juil. à 0:47

Le best !

ADS :