THURAM(LILIAN) (L'Equipe)
Anniversaire

Top 10 des Guadeloupéens de L1

Ce vendredi, Marius Trésor fête ses 66 ans. L'ancien Bordelais, 65 sélections en équipe de France, est Guadeloupéen, comme beaucoup d'autres qui ont marqué l'histoire du football français. Top 10.

1. Lilian Thuram
Né en Guadeloupe, Lilian Thuram est recordman du nombre de sélections en équipe de France, avec 142 capes. Le défenseur, héros de la demi-finale de la Coupe du monde 1998 contre la Croatie avec un doublé (ses deux seuls buts en sélection), a grandi en Guadeloupe, avant de rejoindre la métropole à neuf ans.
 
2. Marius Trésor
Lui aussi né en Guadeloupe, Marius Trésor a été un élément clé de l'équipe de France entre 1971 et 1983. Contrairement à Thuram, Trésor a fait toute sa formation en Guadeloupe, à la Juventus de Saint-Anne. En 1969, alors âgé de 19 ans, il débarque à l'AC Ajaccio, pour jouer... avant-centre. Il sera très vite replacé en charnière centrale.
 
3. William Gallas
Né en région parisienne, l'ancien défenseur d'Arsenal et de Chelsea est originaire de Guadeloupe par ses parents. S'il n'y a jamais vécu, il est très attaché à la région. Après le Mondial 2010, il a reversé une partie de ses primes à des clubs guadeloupéens. A plusieurs reprises, il a également organisé sur l'île le «Trophée William Gallas», un tournoi mettant aux prises des jeunes équipes locales et métropolitaines.
 
4. Jocelyn Angloma
Arrivé à Rennes à 20 ans, Jocelyn Angloma a connu une belle carrière, agrémentée de 37 sélections en équipe de France et d'une Ligue des champions, remportée avec Marseille en 1993. A l'issue de sa dernière saison à Valence en 2002, Angloma est retourné en Guadeloupe à l'Etoile de Morne-à-l'Eau et a atteint les demi-finales de la Gold Cup avec les «Gwada Boys» en 2007.
 
5. Bernard Diomède
Lilian Thuram n'est pas le seul Guadeloupéen champion du monde, puisque Bernard Diomède, par ses parents, en est également originaire. L'ancien ailier, passé notamment par Auxerre, n'a pas coupé les ponts avec l'île puisqu'avant d'être nommé sélectionneur de l'équipe de France U17 l'été dernier, il était notamment ambassadeur de l'équipe guadeloupéenne de foot UNSS.
Bernard Diomède lors de la Coupe du monde 1998. (L'Equipe)
Bernard Diomède lors de la Coupe du monde 1998. (L'Equipe)
6. Luc Sonor
L'ancien défenseur de Monaco et de l'équipe de France est arrivé en métropole à 13 ans, repéré par Sedan. Après une carrière bien remplie, Sonor s'est brièvement reconverti en entraîneur à Créteil (1999-2000) puis à Saint-Etienne (2008, adjoint de Roussey). Alors qu'il a récemment annoncé dans L'Equipe avoir pensé retourner vivre en Guadeloupe et «pourquoi pas prendre la sélection» après son expérience à Saint-Etienne, il est resté à Paris et est devenu consultant pour Canal +.
 
7. Franck Silvestre
L'ancien défenseur de Sochaux, Auxerre et Montpellier, onze sélections en Bleus, n'a jamais vécu en Guadeloupe. Toutefois, c'est le lieu qu'il a choisi en 2009, trois ans après son départ de Sète, pour organiser son jubilé qui a mis aux prises une équipe composée de ses amis à la sélection locale.
 
8. Alexandre Lacazette
Enfant de Lyon, Alexandre Lacazette n'en oublie pas pour autant ses origines guadeloupéennes. L'été dernier, pendant ses vacances aux Antilles, comme le handballeur Didier Dinart et le basketteur Florent Piétrus avant lui, il a reçu la médaille de la ville des Abymes, d'où sa famille est issue.
 
9. Claudio Beauvue
Avant d'intégrer le centre de formation du FC Nantes, Claudio Beauvue a fait ses gammes au club de Saint-Claude. Depuis, l'attaquant de Lyon retourne dès qu'il le peut sur «l'île aux belles eaux» pour y passer ses vacances. «Ça fait tellement plaisir de goûter à nouveau aux saveurs du pays», affirmait-il l'été dernier pour le média local France-Antilles.
 
10. Chimbonda Pascal
En 2006, alors qu'il s'apprête à partir en vacances en Guadeloupe, où il a joué jusqu'à l'âge de 19 ans avant de rejoindre Le Havre, Pascal Chimbonda reçoit un appel de Thierry Henry. «Il me dit que Domenech cherche mon numéro de téléphone et il me demande s'il peut lui donner. J'ai dit oui évidemment !», a-t-il récemment expliqué à FF. Chimbonda embarque donc pour la Coupe du monde. Ce n'est pas la seule sélection pour laquelle il a joué puisqu'il a six capes avec les «Gwada Boys».
Antoine Raguin 
Réagissez à cet article
500 caractères max