Soccer Football - Premier League - Tottenham Hotspur v Manchester City - Tottenham Hotspur Stadium, London, Britain - November 21, 2020 Tottenham Hotspur's Giovani Lo Celso celebrates scoring their second goal with Son Heung-min and Steven Bergwijn Pool via REUTERS/Kirsty Wigglesworth EDITORIAL USE ONLY. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or 'live' services. Online in-match use limited to 75 images, no video emulation. No use in betting, games or single club /leagu (Reuters)
Angleterre - 9e journée

Tottenham en tête de Premier League après son succès face à Manchester City (2-0)

Dominé dans le jeu mais ultra-réaliste devant, Tottenham est venu à bout de Manchester City dans ce choc de la 9e journée de Premier League. Au classement, les Spurs en profitent pour prendre la tête.

La leçon : Tottenham prend la tête

Un braquage en bonne et due forme. Opposé à Manchester City dans le choc de cette 9e journée de Premier League, Tottenham s'est imposé malgré la nette domination des Skyblues (2-0). Solides derrière, ultra-réalistes devant, les Spurs ont fait la différence grâce à leur grande force depuis le début de saison : les contre-attaques. Avec ce succès, les Londoniens prennent ainsi la tête du Championnat en attendant la rencontre entre Liverpool et Leicester ce dimanche
 
En première période, Tottenham n'a ainsi frappé qu'une seule et unique fois au but. Suffisant pour prendre l'avantage. Sur une récupération au milieu du terrain, Tanguy Ndombele alertait Heung-min Son dans la profondeur. Profitant du décrochage intelligent d'Harry Kane qui attirait à lui la charnière centrale des Citizens, le Sud-coréen contrôlait parfaitement dans la course et venait tromper Ederson (1-0, 5e). Une attaque éclair qui symbolisait parfaitement le système de jeu mis en place par José Moutinho. Regroupés derrière, les Spurs contenaient les assauts de leurs adversaires. Très bas sur le terrain, les Londoniens ont fait le dos rond, essayant de prendre à revers les Citizens dès qu'ils récupéraient le cuir. Grâce à un Ndombele étincelant dans son nouveau rôle en soutien de l'attaquant, les transitions étaient rapides et la VAR nous privait d'une merveille de but collectif quand, sur un contre à l'initiative d'un Serge Aurier remarquable, Harry Kane était justement signalé hors-jeu (13e). Bien que dominés outrageusement dans la possession, les coéquipiers d'Hugo Lloris ne rompaient pas et faisaient même le break en cours de seconde période. Récupérant le ballon dans sa propre moitié de terrain, Kane avançait et décalait Lo Celso sur sa gauche. Entré quelques minutes plus tôt, l'Argentin accélérait et mettait les siens à l'abri d'une frappe croisée du gauche (2-0, 65e). Le deuxième tir cadré pour les Spurs finissait au fond, symbole d'un réalisme extrême surtout quand il était comparé à celui de Manchester City.
Certes, les hommes de Pep Guardiola n'ont pas eu de chance quand Gabriel Jesus, au sol après une percée stoppée par un bon tacle de Toby Alderweireld, se trouvait sur la trajectoire de la tentative de Kevin de Bruyne qui prenait le chemin des filets (9e). Ils peuvent également se plaindre de la VAR qui venait annuler le but d'Aymeric Laporte pour une main préalable de Jesus (27e). Mais les Citizens ont surtout manqué de liant et d'idées dans le jeu. Face au bloc bas de Tottenham, ils n'ont jamais réussi à se montrer réellement dangereux malgré les nombreuses individualités présentes sur la pelouse. Et lorsqu'ils parvenaient à pénétrer dans la surface, ils tombaient sur un pied, une jambe ou la main ferme de Lloris après une tête aux six mètres de Jesus (90e). Au classement, les Skyblues ratent ainsi l'occasion de se relancer, pointant à une anormale 10e place avec 12 points au compteur.

Le gagnant : Serge Aurier, une prestation sérieuse

Il symbolise à lui tout seul la prestation de son équipe. Solide derrière, l'international ivoirien n'a jamais laissé d'espaces à Ferran Torres pour faire parler sa pointe de vitesse. Très concentré, il a multiplié les interventions décisives dans sa surface, permettant aux siens de conserver leur avantage. Excellent dans les transitions, il était d'ailleurs à l'origine du but refusé d'Harry Kane.

Le perdant : Une attaque de Man City en manque d'idées

A la vue des nombreux talents présents sur la pelouse, on était en droit d'attendre beaucoup plus de la part des attaquants de Manchester City. Mais face au bloc de Tottenham, personne n'a été en mesure de créer de réelles différences. Riyad Mahrez n'aura pas pesé sur la rencontre à l'instar de Bernardo Silva. Bon lors des premières minutes, Ferran Torres s'est peu à peu éteint. Trop seul, Kevin de Bruyne a essayé d'impulser une dynamique, mais en vain.
Réagissez à cet article
500 caractères max
m_wahid65 22 nov. à 10:07

un jeu insipide, un triumvirat nuisible, city est devenu une équipe sans âme avec un entraineur amoureux de don quichotte.

djad16 22 nov. à 8:27

Le revers de l'individualisme !On sent que le coach n' a aucune influence !

labiscole 21 nov. à 22:17

et Lloris toujours au top !

ADS :