brazao (pedro) andersen (joachim) (B.Papon/L'Equipe)
Amical

Tout ce qu'il faut retenir du match amical entre Lyon et Nice

On le sait, la vérité d'un match n'est pas celle du suivant, encore plus avec un premier match amical. Mais il n'en reste pas moins des enseignements à tirer après ce Lyon-Nice. Des individualités au collectif, en passant par les premiers pas des recrues, FF dresse son bilan.

Le mercato niçois a tout d'une bonne pioche

Des cinq joueurs fraichement arrivés sur la Côte d'Azur, trois ont joué : Hassane Kamara, Flavius Daniliuc et Amine Gouiri. 45 minutes chacun, réparties entre les deux périodes, mais un constat collégial globalement positif. Titulaire, le latéral gauche ne s'est pas vraiment montré offensivement – comme toute son équipe – mais a dévoilé d'emblée ses qualités défensives et techniques. Facile, il combinait sans souci avec ses coéquipiers, preuve d'une adaptation rapide parfaitement réussie. Formé à l'OL, Gouiri, lui, avait déjà ses marques au Groupama Stadium – quoiqu'il ne l'a pas foulé régulièrement – et a montré qu'il avait la palette pour jouer en Ligue 1. Plusieurs très beaux mouvements, mais on en retiendra un en particulier. Parti de la gauche, il parcourait balle au pied le terrain dans la largeur en éliminant deux adversaires par un une-deux joué en pivot, avant de servir un coéquipier seul à droite (63e). Sans suite, mais tout de même. Enfin, le défenseur central transfuge du Bayern Munich a réussi à mettre Moussa Dembélé dans sa poche, malgré la puissance qu'on connait du Français. Par deux fois, il prenait le meilleur sur l'attaquant, histoire de montrer à Patrick Vieira qu'il n'avait pas signé pour faire banquette.

Aiglons ont besoin d'ailes

Pour autant, les emplettes azuréennes sont loin d'être finies. Sans Alexis Claude-Maurice, Patrick Vieira a aligné Ihsan Sacko, Ignatius Ganago et Brazao sur les côtés de son 4-3-3. Si le premier a pu jouer 90 minutes, il n'a pas plus montré ses qualités que les deux autres... Clairement, les trois attaquants ont été muselés par les latéraux adverses. Pour amener de l'allant offensif, il fallait plutôt compter sur les latéraux Youcef Atal ou Kamara. De la jeunesse devant, c'est bien. Mais comme titulaires pour une saison où le Gym aspire à jouer l'Europe, c'est un peu léger. Il manque vraiment un voire deux joueurs dans cette rotation. Dont un de grand niveau capable de débloquer les situations par ses qualités individuelles quand c'est plus compliqué collectivement. Vieira s'en doutait, charge à ses dirigeants de trouver le profil idoine.

Lire : Cinq joueurs qu'on attend au tournant à Nice

L'OL a joué en équipe

C'était déjà le cas plus tôt dans la semaine face à Port-Valais, mais il n'y avait pas grande leçon à tirer d'une si faible adversité (sixième division suisse). Ce samedi contre Nice, c'était plus qu'une simple mise en jambes, et, tactiquement, les hommes de Rudi Garcia ont montré de belles choses. Assez bien organisés défensivement, les Rhodaniens n'ont concédé aucune vraie occasion, grâce notamment à un repli soigné des joueurs offensifs. Il n'était donc pas rare de voir Houssem Aouar ou Bertrand Traoré descendre sur leurs couloirs pour ratisser des ballons. Et c'est sans parler du travail abattu par le double pivot Bruno Guimaraes - Jean Lucas. Un bloc mobile et compact quand il le fallait, qui arrivait bien à se resserrer aux abords de la surface ou sur les côtés. Ce n'est qu'un match amical, mais avec l'OL qu'on a pu voir par moment en 2019-20, ce sont des efforts à souligner.

Garcia peut compter sur ses cadres

Moussa Dembélé, Houssem Aouar et Bruno Guimaraes, titularisés sans surprise, ont été à la hauteur. Solides physiquement, déjà, ils ont apporté ce qu'il fallait, chacun dans leur rôle. Délicieux à la passe – il cassait souvent les lignes pour apporter de la verticalité (3e, 8e, 27e, 62e) -, le Brésilien était aussi précieux à la récupération, quitte parfois à officier comme pompier de service dans la surface (64e). A gauche d'un 4-2-3-1, Aouar permutait assez souvent avec Rayan Cherki pour davantage influer sur le jeu et combiner avec son coéquipier brésilien. Toujours dans l'optique de trouver le numéro 9, aux appels toujours aussi incisifs et généreux. Pesant, il provoquait d'ailleurs le penalty transformé par Aouar (1-0, 5e). Même Memphis Depay et Jeff Reine-Adélaïde, entrés en court de jeu, arrivaient à combiner et proposer de belles choses. Une base dont Garcia aura besoin en forme pour les matches officiels qui se rapprochent.

Les jeunes marquent des points

Base à laquelle on peut rajouter quelques joueurs qui montent. Jean Lucas, déjà, a fait œuvre d'une belle complicité et complémentarité avec Guimaraes. Laissant le travail d'orfèvre à son camarade pour effectuer le sale boulot. Avec le départ de Lucas Tousart et le nouveau positionnement d'Aouar, une place est à prendre à côté du numéro 39, et il est un candidat crédible (malgré une entrée intéressante de Maxence Caqueret). Un cran plus haut, Rayan Cherki a mis du temps à entrer dans son match. Une fois rôdé, le joueur de 16 ans a fini par être impliqué dans le jeu avec sa position de numéro 10. Il a répondu positivement à cette prise de responsabilités. En tirant les corners, notamment, mais aussi en tentant des dribbles et passes audacieux (50e, 52e). A coup sûr, son temps de jeu va grimper. Celui de Melvin Bard aussi, espérons. Jeune latéral gauche, il a profité de l'absence de Fernando Marçal pour jouer les 45 dernières minutes... et apporter davantage que Youssouf Koné. Disponible, à l'aise techniquement et surtout costaud derrière, il représente le parfait mélange qui manque parfois (souvent ?) à la défense de Rudi Garcia. Enfin, Joachim Andersen a rassuré sur son niveau en étant impeccable sur ses récupérations. Il s'est même surpris à casser les lignes en portant le ballon pour apporter le surnombre (58e). Un an après, Lyon tiendrait-il enfin la marchandise qu'elle avait achetée ?
Patrick Vieira aussi peut se réjouir de belles performances de quelques espoirs. Sans citer de nouveau les recrues, Hicham Boudaoui s'est montré, dans un rôle hybride de fer de lance offensif et d'accélérateur de particules sur les côtés. Conscient de la difficulté de passer sur les ailes, il rentrait intelligemment dans l'axe pour multiplier les combinaisons dans des petits périmètres. Très intéressant. Plus défensif, donc logiquement moins en vue, Khephren Thuram a fait le boulot derrière l'Algérien et Pierre Lees-Melou. Il gagnerait à engranger des matches pour être encore plus tranchant dans ses duels.

Le physique est là

C'était l'une des interrogations soulevées par un retour sur les pelouses après de longs mois d'absence. Au final, les organismes ont bien répondu à l'exercice et la réponse est la suivante : physiquement, les joueurs sont au niveau. Pas sûr qu'ils pourraient tenir une finale de Ligue des champions là, tout de suite. Mais avec un retour progressif et une préparation dans la continuité, ça devrait faire l'affaire pour les prochaines échéances (finale de Coupe de la Ligue et Ligue des champions pour Lyon). Surtout pour les Gones, donc, dont le onze titulaire a disputé majoritairement une bonne heure de jeu. Vieira a lui préféré un turnover massif à la pause. Qu'importe, il y a eu des chocs, parfois âpres, mais aucun blessé à déplorer. Sur ce plan-là, cet amical est une réussite.

Les compositions
Première période
Lyon : Tatarusanu – Rafael, Marcelo, Andersen, Koné - Lucas, Guimaraes - Traoré, Cherki, Aouar - Dembélé.
Nice : Benitez– Atal, Pelmard, Dante, Kamara - Thuram, Boudaoui, Lees-Melou - Ganago, Sacko, Dolberg.
Deuxième période
Lyon : Lopes – Tete, Marcelo (Denayer, 75e), Andersen, Bard – Lucas (Mendes, 67e), Guimaraes (Caqueret, 67e) – Traoré (Reine-Adélaïde, 67e), Cherki (Depay, 67e), Aouar (Cornet, 75e) – Dembélé (Kadewere, 75e).
Nice : Cardinale – Burner, Pelmard, Daniliuc, Hamache – Danilo, Makengo, Trouillet – Brazao, Sacko, Gouiri.

Réagissez à cet article
500 caractères max
samaeldarkhan-pro- 5 juil. à 12:32

Meme en match de pré saison, Lyon gagne grâce a un peno.....c'est affligeant xDD

fox.berti 5 juil. à 11:36

Oh les gars!!! C est un match amical On ne s enflamme pasLyon est toujours hors coupe d Europe et Nice hors league des champions

voir toutes les réactions
ADS :