Axel Disasi avec le maillot de Reims la saison passée. (J.Prévost/L'Équipe)
Transferts

Transferts : Axel Disasi (Reims), proche de Monaco, va devoir choisir

Le silence du camp d'Axel Disasi interroge à Monaco, qui s'est mis d'accord avec Reims pour le transfert du défenseur central.

Deux clubs - Reims et Monaco - d'accord sur les modalités d'un transfert (13 M€ plus bonus), un joueur d'accord sur une proposition contractuelle, un montant des commissions d'agents fixé : sur le papier, le transfert du Rémois Axel Disasi (22 ans, sous contrat jusqu'en 2021) en Principauté est d'une simplicité assez désarmante. Et pourtant, depuis quelques heures, une forme de doute existe.

lire aussi

Accord Reims-Monaco pour Disasi
Les acteurs de ce sinueux dossier affichent leur perplexité. Jean-Pierre Caillot, le président rémois, ne masque pas son incompréhension voire un peu plus par séquences. En cause : le silence du camp du joueur. Un mutisme qui n'est pas compris. Officiellement, le camp Disasi, qui n'a pas répondu à nos sollicitations, demande du temps à ses interlocuteurs. Mais pour quoi faire ? C'est la question que se pose également le duo Oleg Petrov-Paul Mitchell (respectivement vice-président et directeur sportif de l'ASM), irrité par la tournure des événements.

lire aussi

Kovac, nouvel entraîneur de Monaco : «Sans passion, on ne réussit rien»
Ce deal peut-il capoter ? Le nouvel entraîneur de Monaco, Niko Kovac, veut vraiment Disasi, mais cela n'est pas totalement à exclure. Le club de la Principauté s'est fixé une dead-line. Disasi va devoir se déterminer rapidement. En cas d'échec de cette piste, le défenseur central dispose-t-il de plans B ? Il n'en manque pas. Southampton a fini par se lasser d'attendre, mais l'AS Rome a formulé ces derniers jours une offre. Reims sait aussi que Rudi Garcia apprécie le profil, sans que cela ne se soit traduit par une offre de l'OL. En Allemagne, en Espagne et même en France, d'autres portes pourraient s'ouvrir...
Réagissez à cet article
500 caractères max
Charbey 6 août à 11:10

On veut plus de comm' ?

ADS :