neymar (F. Faugere/L'Equipe)
Ligue des Champions - PSG

Très attendu contre Liverpool, Neymar a mené le PSG vers la victoire sans en rajouter

Parfois insuffisant dans les grands matches avec le PSG, Neymar était attendu au tournant contre Liverpool. Le Brésilien n'a pas déçu, se montrant décisif dans la victoire précieuse des siens contre les Reds (2-1).

Son début de match avait de quoi faire peur. Après cinq ou six minutes, Neymar avait déjà "croqué" à plusieurs reprises, abusant de gestes techniques superflus débouchant sur des ballons perdus. À ce moment-là, c'est Kylian Mbappé qui montrait des signaux plus que positifs, par ses appels, ses prises de balles et ses courses. Mais le Brésilien s'est vite remis dans le bon sens. Une première régalade - utile cette fois-ci - pour combiner avec Mbappé puis le lancer vers le but (12e), et le match du "Ney" commençait réellement.

Lire aussi : les notes de PSG-Liverpool

Jusqu'à la dernière minute de jeu, le numéro dix s'est comporté comme un réel leader offensif. On ne minimisera pas la performance de Thiago Silva, impérial en défense, mais son compatriote a lui aussi rayonné dans de nombreux domaines. D'abord, bien sûr, son implication sur les deux buts parisiens ne peut qu'être mise au premier plan. Sur l'ouverture du score, Neymar initiait parfaitement l'action au milieu du terrain d'une subtile passe pour Verratti qui éliminait trois Reds (14e). Sur le second, il était à la fois à l'origine du but grâce à un double une-deux avec Mbappé, puis à la conclusion dans la surface en suivant bien après le premier arrêt d'Alisson (37e). Décisif.

Leader offensif, mais à gauche...

Outre l'aspect statistique, Neymar a réellement pesé sur le jeu du Paris Saint-Germain, sans prendre toute la place. Pour preuve, il est essentiellement resté dans la moitié gauche du terrain quand Di Maria était lui libre de se déplacer où bon lui semblait. L'Argentin était alors le véritable élément central du quatuor offensif parisien. Si, par la suite, El Fideo a été moins en vue et Neymar s'est libéré, les positions n'ont pas beaucoup évolué. L'ancien Barcelonais s'est alors régalé de gestes techniques qu'il affectionne tant, mais de manière efficiente la plupart du temps. Cela lui permettait d'obtenir plusieurs coups francs (17e, 53e, 90e+3), et il aurait également pu bénéficier d'un penalty après un balayage de Van Dijk (81e).
La heatmap de Neymar. (L'Equipe)
La heatmap de Neymar. (L'Equipe)
Sur ces nombreux coups de pied arrêtés, le Brésilien s'est montré dangereux. Des coups francs rapidement joués pour déstabiliser Liverpool (18e, 19e), un corner déposé sur la tête de Marquinhos qui butait sur un Alisson héroïque (70e), et un dernier coup franc tiré directement et repoussé par le gardien des Reds (90e+2). Dans le jeu, Neymar a également cadré toutes ses frappes, mais n'a pas constamment cherché à se mettre en position pour conclure. Il a également essayé de combiner avec Mbappé, sur les buts donc, mais pas que (31e, 47e, 62e), et parfois aussi avec Cavani (33e). Souvent, les ballons donnés étaient bons. D'ailleurs, quand Choupo-Moting est entré, c'est l'Uruguayen qui est sorti et pas lui, ni Mbappé, alors que les deux étaient encore incertains il y a quelques jours.

Des efforts défensifs non négligeables

Enfin, ce que l'on retiendra aussi de ce match capital pour Paris, ce sont les efforts réalisés par le joueur le plus cher de l'histoire du club. Exemple à la 34e minute, quand il se battait pour récupérer un ballon dans les pieds de Joe Gomez... dans le camp de Liverpool ! Et avant d'obtenir un coup franc. Preuve de l'envie du Brésilien ce mercredi. Si Bernat a réalisé une prestation solide côté gauche, c'est aussi parce qu'il l'a un peu aidé. Enfin, dans les dernières minutes, le numéro 10 s'est montré précieux dans la conservation du ballon pour permettre à son bloc de remonter, le chronomètre tournant et jouant en faveur des Parisiens. Maintenant, il ne reste plus à Neymar qu'à rééditer ce genre de performance dans les prochains grands matches. Et pourquoi pas faire encore mieux...
Florent Le Marquis

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :