Soccer Football - Champions League - Round of 16 Second Leg - Real Madrid v Ajax Amsterdam - Santiago Bernabeu, Madrid, Spain - March 5, 2019  Ajax's Dusan Tadic celebrates scoring their third goal with David Neres and team mates  REUTERS/Susana Vera (Reuters)
Ligue des Champions - Huitièmes

Triple tenant du titre, le Real Madrid, humilié à domicile par l'Ajax Amsterdam, est éliminé de la Ligue des champions !

Quelle sensation. Quel exploit. Et surtout quelle démonstration de football de la part de l'Ajax. Le club néerlandais, emmené par un Tadic absolument phénoménal (un but, deux passes décisives), est venu chercher sa qualification à Santiago-Bernabeu (4-1). Et ce alors que le Real Madrid s'était imposé à l'aller (2-1). Triple tenant du titre, le club espagnol connaît là une véritable humiliation qui va faire le tour du monde. Dingue.

La leçon : Pour la première fois depuis 2010, le Real Madrid est éliminé en huitièmes de finale

Si l'on se fie à la réalité du terrain, ce mardi soir, c'était l'Ajax Amsterdam qui était triple champion d'Europe. En mission après un match aller perdu in extremis (Marco Asensio donnait la victoire aux Madrilènes à la 87e, 1-2), les Hollandais ont fait la totale aux Merengue, en proposant comme d'habitude un football... total, lui aussi. Avec le recul, le tournant du match a peut-être eu lieu à la 4e minute, lorsque Raphaël Varane, rendu on ne sait pourquoi dans la surface de réparation adverse, catapultait sa tête sur la barre transversale d'un André Onana battu. Avec le recul, car on était loin de se douter qu'après cette occasion, le Real prendrait l'eau. Privé d'un Sergio Ramos qui jugeait bon se faire suspendre au match aller pour pouvoir jouer les quarts, les Madrilènes ont eu énormément de mal en défense. Mais c'est peut-être au milieu que la différence avec l'adversaire a été abyssale. Peut-être que Dusan Tadic jouait le match de sa vie. Peut-être que Frenkie de Jong voulait détruire le Real en tant que futur Blaugrana. Dans tous les cas, ces hommes (en plus de Lasse Schöne et Donny Van De Beek) ont outrageusement dominé l'entrejeu. Le premier but est issu d'une récupération haute de Tadic sur Toni Kroos (7e). À l'origine du second, Tadic encore lui déposait Casemiro d'une sublime roulette avant de distiller une non-moins belle passe décisive à David Neres (18e). On peut aussi citer un double-contact de Frenkie de Jong devant Luka Modric pour ressortir proprement le ballon. Et comment oublier le coup franc "Juninhesque" de Lasse Schöne qui se logeait dans la lucarne droite de Thibaut Courtois (1-4, 72e) ?
Auparavant, le Real aurait pu compenser ces lacunes défensives en attaquant plus fort, grâce notamment à Cristiano Ronaldo. Mais sans le Portugais, parti cet été à la Juventus, la marche était trop haute. Les deux plus grosses occasions ont été à mettre au crédit de Varane, avec sa tête sur la barre donc, et une reprise dans la surface qui terminait dans les gants d'Onana (17e). À part ça, pas grand-chose. Des demi-occasions. Au mieux, Gareth Bale trouvait le poteau alors que le portier bouchait bien son angle. Au pire, Vinicius ne concluait pas un amour de contre (Benzema talonnait pour Modric qui lançait le jeune brésilien), et se blessait sur sa frappe. Mardi soir, dans une soirée aux nombreux vents contraires (blessures de Vinicius et Vazquez en première période, les montants touchés), il a manqué une étincelle au Real Madrid. Un je-ne-sais-quoi que seul Cristiano Ronaldo fût capable d'amener les saisons passées. On est certain que Florentino Perez en a conscience, et qu'il agira en conséquence cet été. Ça risque de bouger très fort.

Le gagnant : Dusan Tadic en état de grâce

Pour beaucoup, l'Ajax Amsterdam, c'est une flopée de jeunes joueurs qui commencent, doucement mais sûrement, à éclore. Certes, Frenkie de Jong, Matthijs De Ligt et autre Donny Van de Beek ont brillé, mais l'homme du match n'est pas l'un d'eux. C'est Dusan Tadic, 30 ans, qui a détruit le Real Madrid. Débarqué en provenance de Southampton l'été dernier, le Serbe régalait déjà en Eredivisie cette saison, avec 16 buts et 7 passes décisives en 23 matches, avant d'importer son talent en Ligue des champions. Jusque-là auteur de 5 buts et 2 passes décisives dans la compétition reine, il a décidé de passer à la vitesse supérieure à Santiago-Bernabeu. Dès la 7e minute, il récupérait le ballon dans les pieds de Toni Kroos pour servir Hakim Ziyech au point de penalty (0-1). Après le milieu allemand, c'était au tour de Casemiro de faire un tour dans la poche de Tadic. À quelques mètres du rond central, il éliminait le Brésilien d'une sublime roulette pour ensuite trouver David Neres dans le dos de la défense. Ce dernier n'avait plus qu'à piquer son ballon pour faire le break (0-2, 18e). Après avoir été deux fois à la passe, le Serbe tentait directement sa chance, en reprenant une touche longue de Daley Blind. Tentative qui aurait trouvé le chemin des filets si Thibaut Courtois n'avait pas parfaitement bouché son premier poteau (25e). Ce n'était que partie remise. Après une autre passe qui aurait pu être décisive (pour Van De Beek cette fois), le Serbe décochait une frappe lumineuse dans la lucarne gauche du portier belge. Tout bonnement imparable. Certes, ce but aurait pu (dû ?) être refusé avec le VAR, mais qu'importe (0-3, 62e). Les Madrilènes étaient même tout proches de prendre un cinquième but en fin de match. Heureusement pour eux, Hakim Ziyech manquait de convertir une ultime offrande signée Dusan Tadic. Bref, si l'Ajax doit sa qualification à un homme, c'est bien à lui.

Le perdant : Santiago Solari portera cette défaite très longtemps

En arrivant sur le banc madrilène le 13 novembre dernier, Santiago Solari avait fait des choix forts. Celui de se séparer d'Isco, par exemple, ou encore de mettre Gareth Bale et Marco Asensio sur le banc pour titulariser Vinicius Jr. Après plusieurs semaines convaincantes, qui l'ont fait passer d'entraîneur intérimaire à une solution sur le moyen terme, l'Espagnol a commencé à sombrer, précipitant le Real dans sa chute. Mardi soir, il a touché le fond. Après un bon - mais pas forcément mérité - résultat à l'aller (victoire 2-1 à Amsterdam), le Real devait assurer la qualification. Ce qui s'apparentait à une tâche simple a finalement tourné au cauchemar. La faute à un Sergio Ramos suspendu volontairement (pour éviter de manquer des éventuels quarts de finale), à une certaine malchance, mais surtout à des Hollandais trop forts. Obligé de faire rentrer des joueurs à qui il a ôté toute confiance, Solari n'a pas pu faire de changement(s) tactique(s) en seconde période (seul Valverde remplaçait Casemiro à la 85e), et a donc assisté, amorphe, au naufrage des siens. Après avoir perdu deux Clasicos consécutifs, le Real Madrid est dans une série très noire. De là à estimer qu'il s'agissait du dernier match de Santiago Solari sur le banc de la Maison Blanche ?
Réagissez à cet article
500 caractères max
leon7-3 6 mars à 16:26

Mdr pas de gala pro Madrid cette année francefootball doit être déçu ahahahahahahah

buzz71 6 mars à 6:12

Il n'y a pas de surprise tant l'écart était grand entre les 2 équipes.La première mi-temps du match aller était simplement phénoménale de la part de l'Ajax,la victoire du Réal totalement imméritée.Aucune équipe ne peut perdre 2 fois de rang en étant tellement supérieure.

Hachem 6 mars à 1:30

Solari n'a pas le niveau ! J'ai écrit maintes fois qu'il devait bétonner au retour en faisant jouer Vallejo, Nacho et Varanne épaulé de Casemiro tous dans l'axe central pour compenser l'absence de Ramos d'autant plus que c'était à Ajax de faire le jeu et que Real joue bien en contre attaque.

luc.hascoet 5 mars à 23:50

Solari retourne entraîner la réserve ou les -18Thierry vient au secours de Courtois !????????????????????????????????

ADS :