guivarc'h (stephane) (L'Equipe)
Bleus

Tueurs en D1, discrets en équipe de France

A l'occasion des 45 ans de Stéphane Guivarc'h, FF s'est remémoré ces buteurs de sang-froid dans le Championnat de France et discrets sous la tunique des Bleus. Comme l'ancien avant-centre auxerrois.

Gérard Buscher (2 sélections, 0 but)
Buscher a beaucoup marqué avec Brest, mais ne s'est pas fait remarquer en Bleu. (L'Equipe)
Buscher a beaucoup marqué avec Brest, mais ne s'est pas fait remarquer en Bleu. (L'Equipe)
Formé à l'OGC Nice, le natif d'Alger fait un grand bond vers l'inconnu en signant au FC Nantes en 1983. Barré par Bruno Baronchelli sur le front de l'attaque, Gérard Buscher ne parvient pas à s'imposer et doit se rendre à l'évidence. Trop tendre. A 24 ans, sa carrière démarre enfin à Brest. En trois saisons du côté de la Bretagne, Buscher score à 48 reprises en Championnat de France. Une belle période qu'il ne confirmera pas en équipe de France avec ses deux petites capes...   
 
Stéphane Paille (8 sélections, 1 but)
L'enfant chéri de Bonal n'a malheureusement jamais pu confirmer tous les espoirs placés en lui. Sous les couleurs du FC Sochaux, Paille est promis à un grand avenir dès ses premiers pas en D1, en 1982, à l'âge de 17 ans. A seulement 20 ans, il participe à l'épopée des Lionceaux en Coupe de l'UEFA et se taille une belle réputation. Si bien qu'il revêt le maillot Bleu pour la première fois un an plus tard, en 1986. Il ne rejoindra le groupe France qu'à 8 reprises pour une seule réalisation. Une grande déception au vu de son immense potentiel.
 
Bernard Zénier (5 sélections, 1 but)
Bernard Zénier lors de sa dernière cape en 1988 face à la RDA. (L'Equipe)
Bernard Zénier lors de sa dernière cape en 1988 face à la RDA. (L'Equipe)
Parcours atypique que celui du Lorrain. Avec son club formateur du FC Metz, Zénier effectue des débuts très prometteurs et connaît une sélection à 20 ans, face à la RFA en février 1977. Il devra attendra cinq longues années et une belle saison avec l'AS Nancy-Lorraine pour se parer de nouveau de bleu lors de la saison 1982-83. Dans les cordes pour participer à l'Euro 84 à domicile, il se fait damer le pion par un tout jeune joueur prometteur, Daniel Bravo. Il reverra l'équipe de France une dernière fois à 30 ans en 1987 face à la RDA. Entre-temps, Zénier finit meilleur buteur de D1 cette même année (18 réalisations). Le natif de Giraumont (Meurthe-et-Moselle) ne sera jamais parvenu à franchir le palier international. 
 
Fabrice Divert (3 sélections, 1 but)
On aurait presque tendance à l'oublier, mais l'ancien joueur de Caen et de Montpellier faisait partie du groupe France pour l'Euro 92. Il faut dire que contrairement à son parcours en Division 1 (80 buts), Fabrice Divert n'a pas marqué de son sceau son passage en équipe de France. Auteur d'une seule réalisation, lors d'un match amical en Suisse, le Caennais se blessera malheureusement à la voûte plantaire et devra mettre un terme à sa carrière à seulement 28 ans... 
 
Patrice Garande (1 sélection, 0 but)
Patrice Garande (à gauche) lors de sa seule cape chez les Bleus. (L'Equipe)
Patrice Garande (à gauche) lors de sa seule cape chez les Bleus. (L'Equipe)
Avant de devenir le sémillant entraîneur du Stade Malherbe de Caen, Patrice Grande était un formidable buteur. 97 réalisations en Division 1, avec le titre de meilleur scoreur en 1984 sous les ordres de l'AJA de Guy Roux. Une belle année pour Garande qui remportera les Jeux olympiques avec les Bleus à Los Angeles le même été. Chez les A, ce fut plus compliqué. Malgré ses buts à la pelle dans le Championnat hexagonal, le Rhodanien de naissance ne portera le maillot bleu qu'à une seule reprise. C'était en Irlande du Nord en avril 1988. 
 
Stéphane Guivarc'h (14 sélections, 1 but)
Meilleur buteur du Championnat de France en 1997 (22 réalisations) et 1998 (21), Stéphane Guivarc'h n'a cessé de faire tourner les compteurs sous les maillots du Stade rennais, mais surtout de l'AJ Auxerre. En équipe de France, ce n'était pas la même histoire. Champion du monde 1998, Guivarc'h était considéré par Jacquet comme un véritable guerrier et non un finisseur. Pressing, harcèlement de la défense, pivot... Le buteur breton élargit sa palette pour le bien du collectif mais marque très peu sous la tunique frappée du coq. Une seule fois. En 1997 face à l'Afrique du Sud à Bollaert.
Johan Tabau 
Réagissez à cet article
500 caractères max
brochet 6 sept. à 20:31

Demandez donc à Zidane il saura expliquer pourquoi Guivarc’h n'a pas marqué en équipe de France. Tout simplement parce que Monsieur Zidane ne voulait pas de lui, donc les seuls ballons que Guivarc'h recevait il devait aller les chercher au poteau de corner.

voir toutes les réactions