QUERETARO, MEXICO - FEBRERO 19: Andre-pierre Gignac del Tigres en festejo durante el juego de la jornada 7 del Torneo Clausura 2016 de la Liga Bancomer MX en el estadio La Corregidora el 19 de febrero de 2016 en Queretaro, Mexico. (Foto: Francisco Estrada/JAM MEDIA) *** Local Caption *** (L'Equipe)
MEX

«Un attaquant d'élite», «un joueur clé», «loin de sa meilleure version» contre Pumas... André-Pierre Gignac (Tigres) vu par les médias mexicains

Le Mexique lui va si bien. Depuis son arrivée en 2015, André-Pierre Gignac n'en finit plus de faire trembler les filets. Et ces dernières semaines, la presse du pays lui fait des honneurs. Mais n'oublie pas de souligner sa mauvaise performance contre les Pumas.

Le 21 novembre, André-Pierre Gignac officialisait sa prolongation de contrat pour deux saisons supplémentaires chez les Tigres, dont il défend brillamment le maillot depuis son arrivée au Mexique. «L'attaquant français restera deux ans avec l'institution féline, avec l'option d'une troisième qui assurerait pratiquement sa retraite avec les Auriazules», écrivait alors le journal Mileno. Il n'y a pas de doutes, Gignac est devenu au Mexique une véritable idole. Selon le quotidien mexicain, il est «un attaquant d'élite», qui a montré que «son niveau dépasse largement la moyenne que prévaut le football dans le pays, c'est l'un des meilleurs joueurs étrangers ayant joué au Mexique.» Et quelques jours après sa prolongation, l'ancien Marseillais est devenu le meilleur buteur du tournoi d'ouverture du Championnat. Avec 14 buts en 17 matches, le Français a été crédité pour la deuxième fois de ce titre, après l'avoir aussi obtenu en 2016, où il avait marqué 13 buts.

Lire aussi : La fiche d'André-Pierre Gignac

Un hommage lors du match face aux Pumas

Le quotidien El Universal présentait alors Gignac comme un «élément clé», un joueur indispensable à la réussite du club, qui s'était qualifié pour les phases finales du Championnat. «Quand il a semblé que sa performance était en déclin et en danger d'extinction, Gignac a refait surface avec un rugissement imposant, en tant que prédateur mortel, et vit actuellement son meilleur moment en tant que Tigre. Il vient de devenir le meilleur buteur et l'une des plus grandes légendes de l'institution féline.»
«André-Pierre Gignac est le bourreau des Pumas.»
Mais pour écrire un peu plus l'histoire du club mexicain, “APG” se devait de performer contre les Pumas, en quart de finale du tournoi, le 30 novembre. Publimetro annonçait la couleur, Gignac étant la bête noire du septuple champion mexicain : «C'est l'un de ses meilleurs clients. André-Pierre Gignac est le bourreau des Pumas.» À la dixième minute du match aller, comme le numéro que porte le joueur formé à Lorient, les supporters lui ont rendu hommage. «Avant le début du match, tous les supporters étaient invités à allumer la lampe de leur téléphone portable lorsque le chronomètre atteignait dix minutes, ce qui faisait référence au numéro que Gignac porte sur le dos de sa chemise», expliquait MedioTiempo. Un geste de grande classe qui démontre l'amour des fans envers l'une de ses idoles, André-Pierre Gignac.
Mais lors de cette rencontre, l'ancien Toulousain n'a pas marqué, même si son équipe s'imposait et pouvait entrevoir les demi-finales (2-1). Cependant, au match retour, la tendance a été complètement inversé, les Tigres s'inclinaient (3-1) et se faisaient éliminer du tournoi. La presse du pays soulignait alors cette énorme contre-performance. «Les Tigres ont connu leur pire année en matière de résultats, car en 2018, ils n'ont pas atteint la finale et ils n'ont donc pas remporté de Championnat, ce qui a été accompli tous les mois de décembre depuis 2015», écrivait MedioTiempo.
«(Contre Pumas) Le champion n'a pas été vraiment présent, il n'a même pas terminé une fois devant le but.»
La prestation d'André-Pierre Gignac a aussi beaucoup fait parler, lui qui était habitué à amener au sommet les Tigres. «Pour la deuxième fois depuis son arrivée au Mexique, il a quitté la Liguilla sans but malgré sa récompense individuelle. Avec 14 buts, le Français était le meilleur buteur de l'Apertura 2018, une condition qui n'a pas pesé en quart de finale», souligne Futbol Total. Multimedios résume sa rencontre : «Le champion n'a pas été vraiment présent, il n'a même pas terminé une fois devant le but. Alejandro Arribas a fait un excellent travail contre lui, mais on pouvait s'attendre à ce que la qualité de Gignac lui permette de résoudre ce genre de duel, mais il est resté très très loin de sa meilleure version.» Quelques semaines après sa prolongation, André-Pierre Gignac a déçu, mais a le mérite d'avoir terminé meilleur buteur du tournoi d'ouverture. Quoi qu'il en soit, “APG” reste une idole, et devrait encore pour quelques années faire lever l'Estadio Universitario.

Erwan Issanchou
Réagissez à cet article
500 caractères max