Soccer Football - Champions League Semi Final Second Leg - Real Madrid v Bayern Munich - Santiago Bernabeu, Madrid, Spain - May 1, 2018   Real Madrid's Karim Benzema celebrates scoring their second goal with team mates        REUTERS/Michael Dalder (Reuters)
Ligue des Champions - Demi-finales

Un doublé de Karim Benzema permet au Real Madrid de se qualifier pour la finale de la Ligue des champions face au Bayern

Encore un sacré match ce mardi soir dans cette Ligue des champions 2017-18 assez exceptionnelle. Vainqueur 2-1 à l'aller, le Real Madrid a d'abord tremblé avant de voir Karim Benzema planter un doublé. Avec l'aide du malheureux Ulreich (2-2). Les hommes de Zinédine Zidane joueront la finale le 26 mai prochain.

Un début de match spectaculaire

Le Bayern l'avait bien compris, il devait marquer au minimum deux buts au Bernabeu pour espérer rallier la finale. Et cela s'est rapidement fait remarquer, nous offrant un début de match assez fou. Dès la deuxième minute, un premier centre dangereux d'Alaba montrait les bonnes intentions munichoises. Et il n'a pas fallu attendre bien longtemps pour voir la rencontre se décanter. Kimmich, en embuscade dans la surface après un centre de Müller mal négocié par Ramos, avait le loisir d'ajuster Navas de près (0-1, 3e). Déjà en souffrance lors du dernier match de C1 à domicile, le Real pouvait s'inquiéter. Mais heureusement pour les Espagnols, Benzema ramenait rapidement les deux équipes à égalité. Le très offensif Marcelo envoyait son centre au second poteau sur la tête de Benzema, qui n'avait plus qu'à conclure (1-1, 11e), bien aidé par le marquage assez laxiste d'Alaba. Les débats étaient donc lancés de la plus belle des manières, grâce à deux équipes très offensives, mais surtout avec des défenses assez fébriles. Et la suite était tout aussi passionnante à suivre.

La bourde d'Ulreich, tournant de la partie

Le début de seconde période aura sûrement marqué un tournant dans cette double-confrontation. Une action très étrange qui profitait d'ailleurs une nouvelle fois à Benzema. Dos au jeu, Tolisso remisait en retrait sur son gardien. La passe, déjà pas franchement assurée, n'aura jamais été touchée par son gardien, car ce dernier tergiversait puis se retrouvait à terre, laissant filer le cuir, et nous gratifiant pour le coup d'une boulette monumentale. Le Français n'avait plus qu'à pousser au fond (2-1, 47e).
De quoi mettre la Maison Blanche sur les bons rails, car les Allemands devaient à ce moment marquer à deux reprises pour espérer se qualifier. Et de quoi moins regretter les nombreuses occasions manquées par les hommes de Zidane, illustrées par le très mauvais match de Ronaldo. Sur sa première opportunité, le Portugais se décalait sur son pied gauche et décochait une frappe, mais Ulreich était vigilant sur sa gauche (39e). Sa seule frappe cadrée de la partie. Car il avait une occasion incroyable d'assurer la qualification, mais il loupait l'immanquable après un petit centre de Marcelo (54e). Heureusement pour le Real, donc, c'est son adversaire du soir qui peut nourrir le plus de regrets.

Le Bayern encore recalé en demies

Le Real Madrid, à l'instar du quart de finale retour face à Turin, n'a donc à nouveau pas montré son plus beau visage à la maison. Mais en face, les Bavarois n'ont pas su en profiter, malgré une ribambelle d'occasions. L'équipe allemande, qui a eu la maîtrise globale du ballon, a pourtant été très dangereuse, notamment grâce à un Ribéry encore très actif sur son flanc gauche. Sur une percée du Français, qui décalait Müller, l'Allemand se retournait en pivot et déclenchait rapidement. Mais c'était trop mou pour inquiéter Navas (32e). Lewandowski, ensuite, croisait ensuite sa frappe, qui était repoussée du pied par le gardien. Dans la continuité de la parade, un ballon idéal était à négocier pour James, mais le Colombien envoyait sa reprise de l'extérieur du pied au-dessus alors qu'il se trouvait à deux mètres des cages (34e). Même Tolisso s'y est mis pour tenter d'aller chercher ce deuxième but, mais sa frappe passait loin du cadre de Navas (45e). Au final, comme à l'aller, le Bayern n'aura donc été que très peu efficace et réaliste. Navas, auteur d'une grande partie, n'y étant pas totalement étranger non plus. La frappe d'Alaba du droit et contrée par un défenseur merengue ne trompait ainsi pas sa vigilance (50e). Seul James Rodriguez faisait passer le ballon entre les jambes du portier pour ramener l'espoir aux siens (2-2, 63e). Mais il était trop tard. Malgré le siège de but local dans les dernières minutes de la partie, le troisième but allemand espéré n'est jamais arrivé. Et c'est Madrid qui se qualifie pour sa troisième finale européenne de suite. C'est la quatrième fois en cinq ans que le Bayern est sorti dans le dernier carré...
Hugo Girardot
Réagissez à cet article
500 caractères max