Championnat des étoiles
s'abonner
(L'Equipe)
CM - Les 100 de FF

Vavá (Brésil), nouvel épisode de nos 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde

7 juin - 14 juin : dans exactement 7 jours, débutera le Mondial 2018 en Russie. Jusqu'au coup d'envoi, FF vous livre, par ordre alphabétique, sa liste des 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde. Quatre-vingt-quatorzième épisode avec Vavá.

Son histoire avec la Coupe du monde

Le Brésil au Mondial ne se résume pas seulement à Pelé, Garrincha ou Ronaldo. Il y a aussi des joueurs comme Vavá qui ont marqué l'histoire de la Seleçao. Edvaldo Izidio Neto dit Vavá participe à deux Coupes du monde sous le maillot brésilien. Et avec quelle réussite ! Au sein d'une génération dorée, l'attaquant athlétique apporte un autre profil, très complémentaire des joueurs techniques qui régalent le Brésil. En 1958, il inscrit un doublé contre l'URSS (2-0) qui permet à l'équipe de Vincente Feola de sortir des poules. S'il ne joue pas dans le quart de finale face au Pays de Galles (1-0), il retrouve une place de titulaire aux côtés d'un certain Pelé au tour suivant. Le Brésil corrige l'équipe de France de Just Fontaine (5-2) avec une ouverture du score signée Vavá dès la 2e minute de jeu. En outre, il est aussi l'auteur d'un tacle violent sur le défenseur central Robert Jonquet, contraint de sortir prématurément sur blessure. En finale, dans son rôle de renard des surfaces, il se met à nouveau en évidence en marquant un doublé et permet au Brésil de remporter le trophée pour la première fois de son histoire en disposant de la Suède (5-2).
La Seleçao remet ça quatre ans plus tard au Chili, où Vavá est toujours présent, titulaire indiscutable cette fois. L'attaquant de Palmeiras reste muet en phase de poules, ce qui n'empêche pas le Brésil de se qualifier assez facilement pour les quarts de finale. C'est à ce moment-là que l'attaquant choisit de redevenir une machine à buts, alors que Pelé est forfait pour la suite de la compétition. Il marque contre l'Angleterre (3-1), avant d'inscrire un doublé en demi-finale face au Chili (4-2). En finale, il profite d'une énorme erreur de Viliam Schrojf, le gardien de la Tchécoslovaquie, pour valider le succès brésilien (3-1). Une deuxième Coupe du monde d'affilée pour cette génération exceptionnelle du Brésil, dont Vavá pouvait se vanter d'avoir fait partie. Malgré une carrière très courte en sélection (20 capes, 15 buts), l'attaquant est le troisième meilleur buteur de la Seleçao au Mondial (9), derrière Ronaldo et Pelé.

Le moment marquant

Le Brésil dispute sa deuxième finale de Coupe du monde le 29 juin 1958, au stade de Rasunda à Stockholm devant près de 50 000 spectateurs. Après l'échec en finale de 1950, la Seleçao a une occasion de se rattraper. Mais la rencontre commence mal puisque la Suède ouvre le score par Nils Liedholm dès les premières minutes (0-1, 4e). Un but précoce qui n'effraie pas le Brésil et encore moins le combattant Vavá. Ce dernier sonne la révolte brésilienne et permet à son équipe de passer devant avant la pause grâce à deux buts dignes d'un véritable renard des surfaces (2-1, 32e). L'équipe de Vicente Feola développe ensuite son football léché : Pelé y va lui aussi de son doublé et Mario Zagallo est également buteur (5-2). Le Brésil remporte la première Coupe du monde de son histoire !

Le chiffre : 3

Comme le nombre de buts marqués en finales de Coupe du monde par Vavá. Il a été le premier à réaliser cette performance avec un doublé dans celle de 1958 et un autre but en 1962. Personne n'a fait mieux aujourd'hui et Vavá fait partie d'un cercle très fermé aux côtés de Pelé, Geoff Hurst et Zinédine Zidane.

L'archive de FF

Le 14 juin 1994, FF revenait justement sur ces joueurs qui avaient marqué l'histoire de la Coupe du monde. «Le redoutable Vavá, buteur de choc, a pris une part active et trop vite oubliée dans le doublé brésilien 1958-1962. Certes, l'avant-centre de la Seleçao n'était pas un monstre de technique, participait peu au jeu de champ, se contentait d'un rôle de finisseur, mais quel finisseur ! Passé de Vasco de Gama à Palmeiras après un détour de trois saisons à l'Atletico Madrid, Vavá aura été le complément idéal de Pelé et Garrincha. Avec le second, notamment, il forma un duo irrésistible, comme l'atteste leur doublé de la finale de 1958 : alors que les Suédois menaient 1-0, Garrincha mit deux fois dans le vent son opposant direct, Axbom, et centra exactement sur le pied de Vavá qui donna un avantage décisif aux joueur auriverde. Son style, c'était aussi cela : se trouver au bon endroit au bon moment et effectuer le bon geste. Et si Vavá fut à l'origine de la fracture du péroné de Robert Jonquet, ce qui faussa la demifinale de 1958 Brésil-France, il se heurta au défenseur rémois tout à fait involontairement : malgré sa puissance et son gabarit, le jeune homme n'était pas méchant, bien au contraire. Il fut le premier à consoler Schroiff, le gardien tchécoslovaque gêné par le soleil et qui concéda, en lui relâchant le ballon dans les pieds, le but de la défaite finale. Vavá, le faux dur, n'était pas un monstre froid. Vavá, dribbleur, buteur, efficace ''punta'' de l'équipe du Brésil en 1958 et 1962.»
Clément Gavard
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :