Francis Eusebio Mbaki, Amisi Mununga et Alexis Banza. (@ClermontFoot)
Ligue 2 - Clermont

Vers une conciliation entre Clermont et trois joueurs congolais du club ?

A l'issue de la commission juridique de la LFP, l'avocat des trois joueurs congolais de Clermont a proposé un accord aux dirigeants du club auvergnat

Comme annoncé, la commission juridique de la LFP a statué ce mardi après-midi sur le sort de Francis Eusebio Mbaki, d'Alexis Banza et de Amisi Mununga, trois joueurs congolais du Clermont Foot, qui ont signé un contrat professionnel de deux ans à l'été 2019, mais n'ont jamais été invités à s'entraîner avec le groupe de Pascal Gastien, ce qui est contraire à l'article 507 de la Charte du football professionnel.

lire aussi

Imbroglio à Clermont (L2) autour des contrats de trois joueurs congolais
Etaient présents lors de cette réunion qui a duré un peu plus d'une heure, Francis Eusebio Mbaki, Amisi Mununga et leur avocat maître Alvarez. Clermont Foot était représenté par Jérôme Champagne et Yannick Flavien, deux des conseillers d'Ahmet Schaefer, le président et propriétaire du club auvergnat. L'UNFP avait également dépêché deux de ses membres. Selon nos informations, les parties en présence qui ont débattu devant les membres de la commission ont campé sur leur position.

Les trois joueurs prêtés par le Tout Puissant Mazembe

Pour Clermont, Jérôme Champagne a expliqué qu'il n'avait jamais été questions que le trio s'entraîne avec le groupe premier malgré la signature d'un contrat professionnel. Il a à nouveau expliqué que c'était la seule manière de pouvoir valider la venue de ces garçons et d'entamer le processus de post-formation. Il a aussi rappelé que les trois joueurs étaient bien la propriété du Tout Puissant Mazembe qui avait accepté de les prêter deux saisons.
Après avoir éludé le problème il y a une dizaine de jours, le club congolais a fini par transmettre, lundi, veille de la commission, un courrier dans lequel il est stipulé que les trois joueurs ont bel et bien signé un contrat professionnel de 5 ans, avant d'être prêté deux saisons à Clermont. Est-il valable ? Plusieurs confrères belges nous ont sollicités après la publication de l'enquête pour nous expliquer que l'histoire auvergnate ressemblait de très près à celles de congolais recrutés au Tout Puissant Mazembe par des clubs belges.
À ce jour, les dirigeants de Clermont n'ont pas fourni la preuve de l'existence d'une convention de prêt entre les deux clubs, convention qui n'a donc pas été enregistrée à la Ligue.

Vers une rupture des contrats et une indemnisation ?

L'avocat des joueurs a proposé une conciliation à Clermont qui doit ce mercredi valider ou non ce principe. Ensuite les deux parties auront huit jours pour s'entendre, et officialiser l'accord qui pourrait se concrétiser par une rupture des contrats et une indemnisation. Si elles n'y parviennent pas, la commission exigera l'intégration des trois joueurs dans le groupe professionnel de Clermont.
Une issue qu'excluent totalement Ahmet Schaefer et ses conseillers.
Pour rappel, les joueurs avaient expliqué durant notre enquête qu'ils n'avaient pas du tout l'intention de rentrer au Congo.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :