Antoine Philippon quand il jouait à Troyes. (J. Prévost/L'Équipe)
Coupe

Villefranche - Les Herbiers : Antoine Philippon, gardien et buteur en Coupe de France

Antoine Philippon, le gardien de Villefranche, qui accueille Les Herbiers ce mardi (18h30) en 16es de finale, s'est déjà fait remarquer en Coupe de France. C'était il y a cinq ans, avec le CA Bastia, quand il avait inscrit un but sur un dégagement.

Tout le monde ne déteste pas Antoine Philippon en Vendée. À commencer par sa femme, originaire de Pouzauges, à une vingtaine de kilomètres des Herbiers. Le couple en était déjà un quand le CA Bastia, alors en Ligue 2, s'était rendu à La Roche-sur-Yon (N3) en 32es de finale de la Coupe de France, le samedi 4 janvier.
Toute l'actu de la Coupe de France
« Vu que c'était loin de la Corse, j'avais récupéré toutes les invitations des joueurs pour les donner à ma belle-famille », s'amuse le gardien de Villefranche (N) depuis 2014, lancé à Moulins, avant de connaître la L2 à Troyes (3 matches) et donc avec le CAB (4 matches).
Favoris, les visiteurs ont toutes les peines du monde à se défaire du « petit », qui les contraint à la prolongation. Réduits à dix depuis la 87e, les Bastiais parviennent malgré tout à ouvrir la marque par Romain Pastorelli. « Mais on n'était pas bien, et ils poussaient, se remémore Philippon. Alors quand j'ai récupéré le ballon, j'ai voulu dégager loin pour nous donner de l'air... »
Son attaquant n'est pas si loin, mais le ballon, poussé par le vent, est trop long. Au point de rebondir sur la ligne des dix-huit mètres adverses et de lober son homologue Nicolas Moratti. Un coup de chance, certes, et un véritable moment de grâce, à cela près qu'Antoine Philippon ne l'a pas vraiment vécu. « Je pensais que le gardien allait l'avoir donc j'ai arrêté de regarder. Je ne sais pas ce que je faisais, peut-être que je remontais mes chaussettes. Et puis j'ai vu tous mes coéquipiers me sauter dessus. »
Au bout du compte, le CA Bastia l'emportera 3-0, passant même le tour suivant face à Niort aux tirs au but avant de s'incliner à Angers après prolongation (2-4) en 8es. Et ce mardi soir, Antoine Philippon va croiser Les Herbiers (N2) en 16es de finale, une autre équipe de Vendée. Un département avec lequel il entretient une relation particulière, donc, mais où il espère faire quelques malheureux de plus.
Réagissez à cet article
500 caractères max