debuchy (gregoire) debuchy (mathieu) (L'Equipe)
Ligue 1

Vis ma vie de «frère de»

Ils ont le même nom et la même passion. Peut-être moins connus ou tout simplement moins talentueux, ces «frères de» ont toutefois réussi à faire ou démarrer une carrière. Dans l'ombre. France Football vous propose simplement de rallumer la lumière sur dix d'entre eux.

Mathias Pogba (24 ans, sans club)

Tout le monde connaît Paul le Turinois. Florentin, le Stéphanois, n'est plus un anonyme non plus. Mais Mathias, lui, a encore un peu de boulot pour se faire un prénom. Attaquant de formation, il a démarré sa carrière en Espagne, au Celta Vigo, avant de trouver refuge à Quimper puis en Angleterre. C'est là-bas qu'il a réussi à attirer l'œil des recruteurs de Pescara. Mais le tremplin italien n'a pas été aussi parfait que pour Marco Verratti. Le jumeau de Florentin n'y a finalement fait que quatre petites apparitions en Serie B avant de repartir pour le Royaume-Uni. A Crawley Town plus précisément, où, cette saison, il n'a pas pu éviter la relégation en League Two (D4 anglaise). Aujourd'hui, il est libre de tout de contrat...

Twitter de Paul Pogba, le 18 mai 2014. Les trois frères avec Antonio Conte.

Stéphane Zubar (28 ans, Bournemouth)

Le «holp-up» de l'année, il est peut-être ici ! Habitué aux Championnats de seconde zone depuis plusieurs années (D1 roumaine, League One, League Two), Stéphane Zubar pourrait bien découvrir la Premier League dans les prochaines semaines ! Le frère de Ronald, qui évolue chez les New York Red Bulls, a eu la bonne idée en 2011 de signer à Bournemouth, puis de prolonger un an plus tard. En prenant soin d'y ajouter une clause automatique pour une année supplémentaire en cas d'accession en Premier League. Bingo. Le voilà donc encore sous contrat un an avec les Cherries. De là à le voir affronter les Rooney, Hazard, Giroud ou Agüero ? Rien n'est moins sûr puisqu'il n'a plus porté le maillot de son équipe depuis plus de deux ans et demi après plusieurs prêts successifs...

Matthieu Guerbert (23 ans, Rodez)

Mercredi 24 juin, le FC Sochaux-Montbéliard effectuait sa reprise. Six jours plus tard, à 700 kilomètres de là, à Rodez, Matthieu Guerbert entamait la sienne. Le frère de Thomas, le numéro 10 des Lionceaux, a effectué son retour au RAF en 2013 après un passage à Balma et à Dijon, où il avait suivi son aîné. Ils habitaient d'ailleurs en collocation à cette époque. Aujourd'hui, évidemment, chacun vit chez soi et le plus jeune des deux vient de valider son brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport. L'idée d'une reconversion loin du foot pro a donc fait son chemin, même s'il ne faut jamais dire jamais. «J'ai 23 ans et les pieds sur terre, nous a-t-il confié cette semaine. Je sais très bien que c'est compliqué. Après, je joue dans l'optique d'être le plus performant possible.» Cela tombe bien, Rodez, ambitieux, vise la montée en National. Pour preuve, les arrivées d'Erwin Zelazny, de Jordan Fauque et surtout du coach Laurent Peyrelade.

Grégoire Debuchy (31 ans, Croix)

L'Iris club de Croix (CFA) est un peu particulier. Il possède en ses rangs deux «frères de». Il y a d'abord Samuel Robail, jumeau de Mathieu, qui vient de quitter Nîmes. Mais il y a surtout Grégoire Debuchy. Ce dernier, qui a dit adieu au monde professionnel, a créé, en compagnie de son cadet Mathieu (Arsenal), une société qui fabrique des babyfoots très design. Elle se nomme Debuchy by Toulet. Ça lui permet du coup de jouer encore un petit peu à la baballe. «On ne se fixe aucune limite, avouait-il au Parisien en décembre dernier. On veut juste gagner, comme quand on rentre sur le terrain». Comme quand il évoluait au Losc avec son frère.

Grégory Gomis (24 ans, Al-Sailiya)

Le Qatar, c'est le panard. C'est à peu près ce que doit se dire Grégory Gomis (24 ans), le frère de Rémi, l'actuel numéro 6 de Nantes. À Doha, l'ancien Vannetais se plaît. Il a d'ailleurs prolongé son contrat avec Al-Sailiya de cinq ans l'année dernière ! «Je m'y sens très bien, nous a-t-il indiqué avant de repartir vers l'Emirat. Mon but, c'est d'être appelé en équipe nationale du Sénégal vu que je n'ai jamais reçu le moindre appel. Après, revenir en France, on ne sait jamais, mais pour un club ambitieux.» Avis aux amateurs, donc.

Steeven Ribéry (19 ans - Bayern Munich)

En avril dernier, sa vidéo a fait le tour du web (à partir de 3'30). Le but de Steeven, une magnifique bicyclette, est diffusé sur tous les sites spécialisés. L'occasion de mettre un visage sur le «bruder» de Kaiser Franck. Aujourd'hui, le natif de Boulogne est toujours au Bayern Munich, comme son grand frère, et évolue avec les U19, avec qui il a réussi une belle saison (4 buts, 9 passes). Ce milieu de terrain offensif, qui évolue à droite et qui aime repiquer dans l'axe sur son pied gauche (à la Robben ?), est grand, puissant et à l'aise techniquement. Ses capacités lui ont notamment permis de venir s'entraîner quelques fois avec les pros en début d'année. De quoi peut-être lui ouvrir les portes de la Bundesliga et de suivre les traces de son glorieux aîné.

Damien Le Tallec (25 ans, Mordovia Saransk)

Alors que son frère Anthony est aujourd'hui libre et attend la bonne proposition après son aventure valenciennoise, Damien a, lui, tranquillement repris avec le club russe du Mordovia Saransk, avec qui il parti en stage en Serbie. Déjà un an qu'il est là-bas. Et ça se passe bien pour celui qui évolue désormais au poste de milieu défensif. La saison passée, l'ancien joueur de Dortmund a participé à 29 rencontres de Championnat, ce qui en faisait le troisième joueur le plus utilisé de l'effectif. Des performances intéressantes qui, selon nos informations, lui valent d'être régulièrement suivi par des clubs italiens, qataris, russes et même chinois. Pas sûr donc de le revoir lors de l'ouverture du Championnat face au Lokomotiv Mosocu, le 19 juillet. 

Damien Le Tallec, le deuxième en bas en partant de la gauche

Killian Sanson (18 ans, Evian-Thonon-Gaillard)

En février dernier, Killian Sanson arrivait en tête des «bulletins du centre» qui récompensaient l'adhésion et/ou l'investissement dans le projet mis en place par l'ETG. Depuis, la belle histoire s'est poursuivie. Le frère de Morgan le Montpelliérain vient d'obtenir son bac avec mention assez bien. Il est aussi stagiaire pro depuis plusieurs semaines. Mais surtout, celui qui a fêté ses 18 ans il y a à peine un mois a été invité à reprendre la saison avec l'effectif professionnel. «Depuis qu'il a quitté Le Mans, où il avait effectué sa première année de formation, il a fait son petit bonhomme de chemin, nous explique Morgan Sanson, qui se remet doucement mais sûrement d'une rupture du ligament antérieur du genou droit. On a un parcours un peu similaire. Et à son âge, il est un petit peu plus en avance que moi, de deux ou trois mois (rires). La préparation, il a senti que ce n'était pas la même qu'en U19. Même s'il faut voir qui sera le prochain entraîneur, j'espère qu'il fera une très bonne saison. Déjà en CFA et pourquoi pas avec quelques bancs en Ligue 2.» En tout cas, nous, on sera attentif.

Bertrand Robert (31 ans, sans club)

Bertrand Robert sous le maillot de Lorient en 2007-08. (L'Equipe)
Bertrand Robert sous le maillot de Lorient en 2007-08. (L'Equipe)
Après plusieurs saisons délicates en France où il n'a jamais réussi à s'imposer, Bertrand Robert a préféré s'envoler vers la Grèce pour se montrer. Bien lui en a pris. D'abord à Panthrakikos, où il disputera plus de 50 matches de Championnat en deux saisons, lui permettant ensuite de signer au PAOK Salonique avant d'atterrir à Chypre il y a deux ans. Depuis, le petit frère de Laurent et le cousin éloigné de Fabien s'est également imposé dans ce nouveau Championnat avec l'Apollon Limassol. Un club qu'il vient toutefois de quitter.

Bilal Ouali (21 ans, CR Belouizdad)

Il fait comme son frère. Direction l'étranger pour grandir. Si Idir, passé par Le Mans, est aujourd'hui en Allemagne, à Paderborn, Bilal a choisi de rallier la terre de ses aïeux : l'Algérie. Il a ainsi signé il y a un peu plus d'un mois au CR Belouizdad. L'occasion pour lui de se relancer dans ce club qui profite d'une grosse ambiance à chaque rencontre à domicile. Il tentera d'y oublier ses passages plus ou moins convaincants du côté de Reims, où il a été formé, et de Mons en Belgique, où il n'a pris part qu'à 27 minutes en Championnat la saison passée. Forcément, ce sera mieux.
Tanguy Le Seviller (@tang_foot)
Réagissez à cet article
500 caractères max