(L'Equipe)
Tribune Libre

Yaya Touré : «Halte aux cadences infernales !», découvrez pourquoi l'Ivoirien souhaite une réorganisation des calendriers lors des saisons de Coupe du monde

Pour Yaya Touré, l'élimination précoce de certaines grandes sélections peut s'expliquer par le fait que leurs joueurs phares aient dû gérer de longues saisons au sein de leurs clubs respectifs. L'Ivoirien milite pour réorganiser les calendriers lors des années de Coupe du monde.

«Ceux qui s'étonnent de voir certains grands joueurs ne pas briller durant le Mondial oublient trop vite un critère pour moi essentiel : la fraîcheur athlétique. Ce n'est pas une question d'envie, mais de ressources. Est-ce un hasard si des super joueurs tels que Messi, Cristiano Ronaldo, Sergio Ramos, Iniesta, Lewandowski ou encore Higuain ont éprouvé certaines difficultés lors de ce tournoi ? Bien sûr que non ! Comment voulez-vous afficher un maximum de fraîcheur quand vous sortez, parfois, non pas d'une mais de plusieurs saisons à plus de cinquante matches ? Et que l'on ne vienne pas me dire qu'ils ont eu droit à un stage de préparation pour se remettre en forme.
«Comment afficher un maximum de fraîcheur quand vous sortez de plusieurs saisons à plus de cinquante matches ?»
Vous croyez vraiment que l'on peut effacer toutes les traces et les fatigues, notamment nerveuses, d'une saison en l'espace de trois semaines ? Bien sûr que non ! Il y a des limites athlétiques. Je me doute que je vais choquer mais j'assume : halte aux cadences infernales ! Je suis convaincu que dans le calendrier, notamment lors des années de Coupe du monde, il y aurait des choses à revoir. Moi, je me souviens dans quel état j'ai disputé mes Coupes du monde. Ce n'était pas fameux... C'est tout de même assez dingue d'envoyer des joueurs disputer la plus belle des compétitions en sachant pertinemment que beaucoup sont un peu cuits avant même le premier match. Je crois que l'on joue de manière dangereuse avec l'intégrité des joueurs en les soumettant à des cadences de plus en plus infernales. Je sais bien que ce sont les clubs les payeurs. Je sais bien que tout s'est professionnalisé. Je sais bien que l'on touche des fortunes et que l'on n'a pas le droit de se plaindre. Je sais bien que l'on fait tout pour mettre les joueurs dans les meilleures conditions. Mais je trouve que l'on devrait mettre en place des quotas maximums de matches par saison et par footballeur afin d'économiser les joueurs, notamment dans la perspective de ces tournois d'après-saison. Plutôt que de critiquer un joueur qui choisit ses matches, autant l'encourager et l'aider à se gérer afin d'être au top de sa forme pour la plus belle épreuve.
«Est-ce un hasard si parmi ceux qui s'en sortent le mieux, on trouve un Neymar, qui a terminé sa saison en février ?»
Il faut savoir ce que l'on veut : si c'est du spectacle avec les grands joueurs au sommet de leur forme et de leur art, alors, il est essentiel de les voir arriver en Coupe du monde avec des réserves, et non pas en roulant sur la réserve. Protégeons les artistes et tous ceux qui nous font rêver sur un terrain. Une Coupe du monde sans un Messi au top de sa forme, est-ce vraiment une grande Coupe du monde ? Est-ce également une coïncidence si l'Allemagne et l'Espagne sont sorties si tôt de la compétition ? Je ne crois pas. Ces sélections ont laissé sans doute beaucoup de forces en Ligue des champions. Est-ce un hasard si parmi ceux qui s'en sortent le mieux, on trouve un Neymar, qui a terminé sa saison en février, ou un Eden Hazard, qui, avec son club de Chelsea, n'a pas franchi le stade des huitièmes de finale de la C1? Bien sûr que non. Ils bénéficient d'une fraîcheur et de ressources que n'avaient plus, par exemple, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. À l'arrivée, je ne suis pas certain que le football en sorte gagnant...»
Yaya Touré
La tribune libre de Yaya Touré est à retrouver chaque semaine dans France Football pendant la Coupe du monde. Pour télécharger notre dernier numéro, cliquez ici.

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max