(L-R) Younes Belhanda of Morocco, coach Herve Renard of Moroccoduring the friendly match between Morocco and The Netherlands at Grand Stade Adrar on May 31, 2017 in Agadir, Morocco *** Local Caption *** (Maurice van Steen/VI IMAGES/PR/PRESSE SPORTS)
CM 2018 - Maroc

Younès Belhanda sur le groupe du Maroc lors de la Coupe du monde 2018 : «On a le droit d'y croire»

L'international marocain Younes Belhanda est très excité à l'idée de retrouver le Portugal et l'Espagne à la Coupe du monde 2018. Le milieu offensif de Galatasaray sait aussi qu'il ne faudra pas se rater dès le premier match face à l'Iran.

«Que vous inspire ce tirage ?
On a tiré deux très grosses équipes avec l'Espagne et le Portugal. On sait donc que c'est compliqué. Ce sont des collectifs avec des joueurs de ballon. On en a aussi. Après, il y a l'Iran. Mais les deux autres sont clairement un cran au-dessus. Je rappelle que ça se joue sur un match, et avec une bonne préparation, on a le droit d'y croire.

Lire : Le tirage au sort complet de la Coupe du monde 2018
 
Des nations performantes, avec des collectifs remplis de stars...
Dans une carrière, c'est exceptionnel de rencontrer des joueurs comme Cristiano Ronaldo ou Andrés Iniesta. C'est que du bonheur. C'est à nous de faire basculer les choses. Notre ambition, c'est de sortir de la poule. On n'y va pas pour être spectateur.
 
Dans une telle compétition, le calendrier est déterminant. Vous démarrez par l'Iran, c'est peut-être votre chance...
C'est effectivement mieux de commencer par eux, parce que si on les bat, on va être en confiance et sur une bonne dynamique. Le premier match est déterminant.

«On va devoir jouer, et produire un peu plus qu'en Afrique»

Le Maroc a le profil du parfait outsider dans cette poule. Qu'en pensez-vous ?
Je crois qu'il ne faut pas oublier l'Iran. C'est une équipe costaude. Sur le papier, on peut dire cela, sur le terrain, c'est parfois autre chose. Face à l'Espagne et au Portugal, des pays voisins, il y aura un parfum de derby avec des peuples qu'on connaît très bien.
Que doit faire le Maroc pour se qualifier une deuxième fois pour les huitièmes de finale ?
On va devoir jouer, et produire un peu plus qu'en Afrique. Sur le continent, c'est une autre réalité. Il faut être un bloc, être solide et surtout gagner les duels avec un jeu souvent plus direct. Là, on va faire face à des équipes européennes et donc devoir mettre davantage en avant d'autres qualités.
 
C'est-à-dire ?
Quand on regarde bien, comme l'Espagne ou le Portugal, les joueurs marocains évoluent quasiment tous en Europe. On a donc la même culture de jeu. C'est un football qui nous ressemble. On devra surtout respecter le plan de jeu de notre sélectionneur, Hervé Renard. Je crois qu'il sait très bien ce qu'il va nous demander.»
Nabil Djellit

À lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max