L'équipe du Canet-en-Roussillon va tenter l'exploit face à Caen, pensionnaire de Ligue 1.
CDF - 16es de finale

Zambrotta, Ben Arfa, plombier, livreur : le capitaine du Canet-en-Roussillon, qui va défier Caen en 16es de finale de Coupe de France, présente son équipe

Mardi, le Canet-en-Roussillon, pensionnaire de N3, affronte le Stade Malherbe de Caen en 16es de finale de la Coupe de France. Maxime Ferry, capitaine, présente son équipe.

Mike Gambie
«Il est représentant pour une enseigne de matériaux. C'est notre ancien buteur qui est passé latéral depuis deux matches. Pour rigoler, on l'appelle "Zambrotta", il a un peu la même dégaine et le même physique. Il nous a surpris : on avait un gros souci au niveau des latéraux. Pour le 32e de finale (face à Imphy-Decize, 3-0), le coach a créé la surprise en le positionnant latéral. Et il a été très bon. En fait, il était notre meilleur buteur depuis deux saisons. Il a eu un peu de mal depuis et un autre attaquant lui a pris la place. Il était sur le banc, et c'était une manière de le relancer. Lui, ce qui lui importait, c'était de jouer. C'est la belle surprise.»

Pierre Pylouster
«Il travaille dans la boutique Espace Foot. C'est un guerrier, c'est ce qui me vient tout de suite à l'esprit. C'est un des plus combattants de l'équipe. Il a une très grande qualité dans les duels. Par exemple, il souffrait d'une déchirure de six centimètres aux adducteurs, il s'est rétabli en dix jours, et il court de nouveau. Même chose que pour Mike Gambie, c'est un ancien attaquant qui évolue latéral gauche.»

Adrien Mendy
«Il est arrivé en France il y a trois ans. C'est la révélation de l'année. Il a débarqué chez nous l'été dernier. Il a de grosses qualités et est même peut-être promis à un bel avenir. Il a 19 ans, il évolue au poste de défenseur central. Il dégage une sérénité, une puissance qu'on avait rarement vu. Il joue tous les matches, il est indispensable. Physiquement, c'est un monstre, il est impressionnant. Il est timide, il ne parle pas beaucoup, mais alors sur le terrain, c'est un vrai guerrier, personne ne peut le défier. Il a un énorme mental. Malheureusement, il est blessé et ne jouera pas face à Caen, il a été victime d'une grosse entorse à la cheville. Honnêtement, s'il avait pu jouer, les attaquants caennais auraient eu du souci à se faire. Adrien leur aurait mené un sacré combat physique.»


Lire : les résultats des 32es de finale de la Coupe de France


Pascal Vié
«Il est commercial dans la boîte du président, qui s'appelle "Astralpool". Il a été formé au club. Ce n'est pas un défenseur qui aime trop le duel, mais il a de l'intelligence, il se place toujours très bien et qui a une bonne relance. Ils sont très complémentaires avec Adrien (Mendy).»

Jérémy Posteraro
«Notre régulateur. Il a été formé au Nîmes Olympique. Il joue devant la défense et c'est un peu lui qui dicte le tempo de l'équipe. C'est notre rampe de lancement. J'adore ce joueur. Il n'a pas peur d'avoir le ballon et sait quoi faire avec. Il n'en perd quasiment aucun. Il a une grosse intelligence tactique et il est très important dans notre dispositif. C'est un compétiteur, mais il lui manque ce petit côté aboyeur. Il travaille également dans la boîte du président, mais plutôt dans la manutention.»

Bastien Posteraro
«Il vient aussi d'entrer chez le patron (il sourit.). Il y a quatre ou cinq joueurs qui sont chez lui. Il a 18 ans. Au début de l'année, il était tout juste dans le groupe, mais on savait qu'il avait de grosses qualités. Mais je ne pensais pas qu'il allait être si rapidement titulaire. Il m'a surpris. C'est une pépite, il est plein de talent. S'il continue, il ne va pas rester chez nous bien longtemps. Je me rappelle d'un match face à Ajaccio, l'un des premiers qu'il a joué en tant que titulaire, il recevait le ballon, et même avec un ou deux mecs autour de lui, il savait quoi en faire, sans pression. Il a encore des choses à apprendre, bien sûr. Mais son frère (Jérémy) le canalise beaucoup, ils jouent ensemble au milieu de terrain, ce n'est pas commun.»

Yacine Belhadj
«Il est comptable. C'était une des grosses recrues de l'été dernier. Malheureusement, il s'est blessé assez gravement lors de la 1ère journée de Championnat. Il vient de revenir il y a deux ou trois semaines. Il a beaucoup de talent également. Mais s'il fallait lui donner un surnom, je dirais "La touche de trop". Il a tendance à porter un peu trop le ballon. Mais sinon, ses qualités de dribbles et de frappes sont exceptionnelles. Il va être très important pour nous lors de la deuxième partie de la saison.»

Toufik Ouadoudi
«Il forme le milieu à trois avec les deux Posteraro. C'est un super joueur. Je sais qu'il avait été surnommé "Le diamant brut du FC Canet". Du coup, on le chambre un peu là-dessus. Pour moi, c'est le joueur le plus technique de l'équipe. Il aura beau avoir trois adversaires autour de lui, il va s'en sortir. Malgré son petit gabarit, il n'a pas peur d'aller au duel, il est très costaud.»

Mathieu Barbier
«Il est directeur d'un magasin Lidl. Il est capitaine avec moi. Un des plus importants de l'équipe. Pour le chambrer, on le surnomme "L'âme" de l'équipe. Parce qu'un jour, le coach l'a surnommé comme ça devant nous juste avant un match. Il est notre numéro 9, le leader de notre ligne d'attaque, après avoir été milieu de terrain auparavant. Il est très costaud dos au but, il couvre énormément de terrain. C'est lui qui déclenche notre pressing devant.»

Pierre Mahieu
«Ce qui me vient tout de suite, c'est "passe décisive". C'est celui qui en fait le plus. Il a un peu des mains à la place des pieds. Il a été meilleur passeur du Championnat la saison dernière. Il a une belle qualité de centre, notamment sur coup de pied arrêté. On le chambre là-dessus parce qu'il est sans cesse en train de compter combien il en a donné (il rit.). Il évolue ailier droit. Je joue avec lui depuis des années.»

Damien Buxeda
«Il est plombier. Ce que j'adore chez lui, c'est qu'il a un petit gabarit, mais, physiquement, c'est un monstre. C'est un taureau ce garçon. Il court partout, va au duel. Si je devais partir à la guerre, c'est un des premiers noms que je noterais. Qu'il soit titulaire ou remplaçant, je sais qu'il donnera tout. Il a un état d'esprit exemplaire.»

Jordi Delclos
«On le connaissait avant qu'il ne parte faire une carrière pro (NDLR : notamment à Arles-Avignon et Orléans). Depuis qu'il est revenu l'été dernier, il a amené pas mal de choses au club de part son expérience, son vécu. C'est quelqu'un qui percute beaucoup, qui sait se montrer décisif en un contre un. Il a été un petit peu blessé donc, sur le terrain, il n'a pas encore apporté ce qu'il souhaite. Mais on a confiance en ses qualités. C'est une belle recrue.»

Mathieu Ferry
«Quand les supporters chantent, ils l'appellent "La pépite Mathieu Ferry". C'est un garçon qui n'est pas titulaire, mais à chaque fois qu'il rentre, il est un peu fou-fou. Un peu à la Ben Arfa. Il est gaucher, va très vite, dribble beaucoup, frappe très fort. Il n'a pas les qualités physiques qu'ont les autres, mais il est assez imprévisible, on peut s'attendre à tout avec lui. Il peut changer le cours d'un match quand il est dans un bon jour. Il amène de la folie à chaque fois qu'il rentre, et c'est un rôle qui lui va très bien. Actuellement, il est livreur chez Chronopost


Lire : le tirage au sort des 16es de finale de la Coupe de France


Lucas Waroquier
«J'ai une pensée pour lui puisqu'il s'est fait une rupture des ligaments croisés juste avant les 32es de finale. Quelque chose de terrible. C'est quelqu'un que j'aime beaucoup, un super gars qui a énormément bossé. Je lui tire mon coup de chapeau, parce qu'il avait fini par se faire une place dans le onze. Je sais que sa blessure lui servira encore plus mentalement.»

Julien Boyer
«Il est passé par le centre de formation d'Auxerre. Il est revenu au club cette année. Il est aussi un petit peu fou-fou, il a du mal à rester concentré tout un match, mais il est très prometteur et bourré de talent.»

Laurent Carbonne
«L'homme polyvalent de cette équipe. Avant, il était attaquant, maintenant il est défenseur en jouant aussi au milieu. Il a 30 ans, c'est un des chambreurs de l'équipe, toujours en train de parler même quand il ne faut pas. Il est comme ça, c'est sa manière de gérer la pression. Il est là depuis longtemps, et je l'apprécie. C'est un peu l'homme à tout faire. Il est commercial chez le patron.»

Raphaël Girardot
«Le coach. J'ai de bonnes relations avec lui, je suis son capitaine. On se connaît depuis très longtemps, même avant qu'il soit l'entraîneur de notre équipe. On travaille également pour la même commune : lui est employé aux espaces verts, moi je suis policier municipal. Je l'apprécie parce qu'il est à la fois humain, mais il sait aussi trancher quand il le faut. C'est un ancien numéro 10, il aime le jeu.»
Timothé Crépin
Réagissez à cet article
500 caractères max