Zinédine Zidane, élu pour la deuxième fois entraîneur de l'année. (B. Cremel/L'Equipe)
À lire dans FF

Zinédine Zidane (Real Madrid) entraîneur français de l'année 2017

Pour la deuxième fois de suite, Zinédine Zidane, le coach du Real Madrid, a été élu entraîneur français de l'année par France Football. L'occasion de revenir sur une année 2017 riche en titres. Mais pas que.

2017 ne serait-elle pas l'année où Zinédine Zidane est vraiment devenu entraîneur ? Arrivé sur le banc de la Maison Blanche en janvier 2016, alors que Rafael Benitez, en pleine tourmente, avait été poussé dehors, le Français avait réussi à relever le bateau merengue pour le mener sur le toit de l'Europe lors d'une finale face à l'Atlético (1-1 a.p. ; 5 t.a.b. à 3). Mais en 2017, il a fait encore mieux. Avec un doublé en C1 (une première depuis plus de 25 ans), une Supercoupe d'Europe, un titre en Liga, une Supercoupe d'Espagne ou encore un titre de champion du monde des clubs : c'est toute cette riche année que nous vous proposons de (re)découvrir dans notre nouveau numéro. Avec les commentaires du coach du Real. Morceaux choisis.

Son statut au Real Madrid : «Je ne suis pas protégé»

«Zinédine Zidane n'est plus joueur au Real. Ce Zidane-là n'existe plus. C'est désormais le Zinédine Zidane entraîneur qui doit recréer une carrière. Je ne suis pas protégé par ce que j'ai réalisé comme joueur dans ce club. (...) Je sais qu'un jour ça va s'arrêter au Real. Alors j'en profite et je me donne tous les moyens pour réussir. Je me dis "s'il me reste dix jours ici, eh bien fais ces dix jours à fond. Si c'est six mois, fais ces six mois à fond." Je ne pense pas à autre chose. Je sais que je ne vais pas rester dix ans.»

La gestion de la pression : «Je mets mon bouclier, rien ne peut me perturber»

«Les pressions extérieures ne m'affectent pas. Je mets mon bouclier, rien ne peut me perturber. Je suis conscient de beaucoup de choses. Et puis, quand je rentre à la maison, je coupe, j'enlève la prise. Je sais que beaucoup d'entraîneurs n'arrivent jamais à décrocher de leur travail, moi j'ai cette capacité. Je rentre chez moi, je retrouver ma femme, mes enfants, je vais voir un spectacle ou dîner avec mon épouse. Je me ressource parce que c'est indispensable. Je sais me protéger.»

Ses capacités à surmonter les difficultés : «Envie de montrer que je peux être un bon entraîneur aussi dans la difficulté»

«J'ai envie de montrer que je peux être un bon entraîneur aussi dans la difficulté. Elle ne me fait pas peur. Je suis armé contre ça. Des gens peuvent penser que tout est toujours simple pour moi, que je fais tout à l'instinct, mais c'est faux ! Que ce soit comme joueur ou comme entraîneur, j'ai bossé (...) Aujourd'hui, oui, le danger est là, mais je ne vais pas changer. Je suis conscient d'avoir en face de moi de grands champions qui m'écoutent. Jouer au football, on sait faire, donc les choses finissent toujours par s'arranger.»

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
boupka 11 janv. à 14:06

J'adore ses déclarations mais faut avouer qu'il a péché au niveau du non remplacement des joueurs partis.mais je ne m'en fais pas pour le réal :, c'est à la fin du bal qu'on paye les musiciens. Quoiqu'en championnat, c'est foutu

belkiss20 11 janv. à 11:27

zizou a recolte le fruit de la semence dancelotti c tt et les medias le portent deja haut

Kenzou 9 janv. à 16:13

Des départs importants Danilo , Pepe , Morata ....Non remplacés , un mercato d'été nul.Ça se paie cash :Une saison blanche pour la Maison Blanche .Le miracle ne se produira pas.