guillaume (baptiste) (F.Faugere/L'Equipe)
Le calendrier de l'avent de FF

Baptiste Guillaume raconte son meilleur souvenir en 2017 : «L'impression que c'était le cadeau de leur vie»

Jusqu'à Noël, FF.fr vous propose son calendrier de l'Avent. Avec, chaque jour, le témoignage d'une personnalité du foot qui raconte son souvenir marquant de l'année 2017. Baptiste Guillaume, désormais attaquant d'Angers, revient sur la ferveur du public alsacien lors du match de la montée avec Strasbourg contre Bourg-en-Bresse (2-1).

«On a vécu quelque chose de magnifique du début à la fin. On était prévu pour le maintien, et au final on se retrouve champion. Le dernier match contre Bourg-en-Bresse était magique, il nous fallait absolument une victoire pour pouvoir être champion. On s'est préparé comme d'habitude, on n'avait rien à perdre dans le sens où c'était que du bonus d'être à cette place-là, on s'est juste dit : "Bon les mecs on n'a pas fait tout ce boulot pour s'arrêter là". On savait que notre grande force à domicile c'était le public, et on a vraiment pu compter sur eux, d'ailleurs le stade était plein. Déjà, avant le match, ils étaient venus nous motiver à l'entraînement. Dès le premier jour de la semaine, les supporters étaient présents, ils nous poussaient à nous dépasser et à aller chercher les ressources nécessaires pour y arriver. Le jour du match c'était énorme, il y avait une telle atmosphère, on sentait que le stade, toute la ville avait envie de vibrer. On n'avait perdu que deux matches à domicile sur toute la saison... Ça ne pouvait pas nous arriver au dernier match. C'était quasiment sûr qu'on allait le faire.
«Le fait de remettre Strasbourg là où il devait être, c'était vraiment un accomplissement personnel, c'est ce que mérite simplement cette ville».
On était allé chercher la victoire, c'était vraiment l'apothéose ce soir-là. C'est un moment que je n'oublierai jamais. Par moment, quand on est jeune, on a tendance à en faire un peu trop mais j'avais des cadres derrière moi qui savaient beaucoup me parler et me guider, cela a fonctionné à merveille. Il ne fallait pas faire des choses différentes de ce que je faisais d'habitude. A la fin du match, on a tout de suite mis le ballon devant, pressé dans leur camp. Et quand le coup de sifflet final a retenti, c'était une super fête que l'on a pu vivre. Quand on voit tout le mur bleu qui descend vers le terrain, tous ces gens avec un grand sourire... Tu avais l'impression que c'était le cadeau de leur vie. Le fait de remettre Strasbourg là où il devait être, c'était vraiment un accomplissement personnel, c'est ce que mérite simplement cette ville. C'est un sentiment que peu de sportifs ont pu connaître, malgré tout un titre de champion de France de Ligue 2 ce n'est pas offert à tout le monde. J'ai que 22 ans et malheureusement il est possible que je ne revive pas ce genre de moments. Les anciens m'ont dit : "profite bien de ce moment parce que certains ont fait toute une carrière et n'ont jamais vécu ça. Tu peux être fier de ce que tu as fait, ça te marquera à vie».
Corentin Corger

Les épisodes précédents

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :