nobbs (jordan) abily (camille) *** Local Caption *** 173 photos (F.Mons/L'Equipe)
LE CALENDRIER DE L'AVENT DE FF

Camille Abily (Olympique Lyonnais) raconte son plus fort souvenir de 2017 : «Mon dernier match en Bleu»

Jusqu'à Noël, FF.fr vous propose son calendrier de l'Avent. Avec, chaque jour, le témoignage d'une personnalité du foot qui raconte son souvenir marquant de l'année 2017. Deuxième épisode avec Camille Abily, la Lyonnaise.

«C'est cet été à l'Euro, notre quart de finale contre l'Angleterre, on a perdu 1-0. C'était mon dernier match en Bleu (ndlr, après 183 sélections), donc c'était forcément un moment émouvant. Sur le coup je ne le savais pas, j'espérais au moins en faire un ou deux de plus. Ça s'est fait au fur et à mesure de la compétition. Je me suis vraiment décidée après le match contre la Suisse (1-1 pour le dernier match de poule, elle marque le but de la qualification).
«Les dernières minutes étaient interminables. C'est très dur de le vivre sur le banc, parce qu'on aurait pu marquer, se qualifier et j'aurais eu un autre match».
En rentrant sur le terrain, j'ai la chance d'avoir mes parents dans les tribunes, donc je ressens beaucoup de fierté. Et puis c'est toujours une fierté de porter le maillot Bleu. Après, je sais que c'est peut-être le dernier match, donc profiter... Enfin, je le fais à chaque match, mais je veux encore plus profiter de la Marseillaise, je me dis que c'est peut-être la dernière. Puis profiter aussi de chaque moment, et tout donner sur le terrain pour ne pas avoir de regrets. Un moment marquant ? Quand je suis sortie, je crois que c'était à la 77e ou quelque chose comme ça. Les dernières minutes étaient interminables. C'est très dur de le vivre sur le banc, parce qu'on aurait pu marquer, se qualifier et j'aurais eu un autre match. Je vois à ma droite Wendie Renard, qui était malheureusement suspendue. On se regarde un moment, et on les encourage. On se dit qu'il faut aider les copines sur le terrain. Mais je ne sais pas si elles m'entendent (rires). L'Angleterre, ça me rappelait pourtant un bon souvenir, celui de la Coupe du monde 2011 (en quarts de finale). On s'était qualifiées aux tirs aux buts, on perdait 1-0, et on a égalisé en fin de match. Donc à l'Euro j'y croyais vraiment encore, on allait revivre ce qu'on avait vécu en 2011.

Au coup de sifflet final, je ressens de la tristesse, les larmes sont venues très rapidement. Je suis restée sur la pelouse un petit moment pour profiter du public, les remercier parce qu'il y avait quand même pas mal de supporters. J'ai eu beaucoup de messages de soutien, ça m'a, entre guillemets, un peu remonté le moral. Mais la déception était très importante. Je revois Méline Gérard, on a discuté, avec Eugénie (Le Sommer), et les filles de qui je suis très proche. Elles étaient aussi tristes pour moi, elles ne voulaient pas qu'on finisse, et que je finisse, de cette manière.»
Cindy Jaury

Les épisodes précédents

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :