Gianluigi Buffon (D.R)
CM - Les 100 de FF

Gianluigi Buffon (Italie), nouvel épisode de nos 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde

20 mars - 14 juin : dans exactement 86 jours, débutera le Mondial 2018 en Russie. Jusqu'au coup d'envoi, FF vous livre, par ordre alphabétique, sa liste des 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde. Quinzième épisode avec Gianluigi Buffon.

Son histoire avec la Coupe du monde

Cela n'a pas été tout le temps la dolce vita entre Buffon et la Coupe du monde, lui qui a accumulé les déceptions dans la compétition mais a tout de même décroché le Graal une fois dans sa carrière. Son premier Mondial, il l'a d'abord passé sur le banc italien lors de la Coupe du monde en France en 1998, derrière le numéro un, Gianluca Pagliuca. Il n'avait alors que 20 ans et a vu son pays perdre aux tirs au but en quarts de finale. En 2002, en 2010 et en 2014, il a été à chaque fois titulaire mais la Nazionale n'a dépassé qu'une seule fois la phase de groupes, se faisant éliminer sans gloire par la Corée du Sud (2-1 a.p.) en 2002. Buffon a ainsi connu de nombreuses déceptions avec son pays lors des compétitions internationales qu'il a disputées. Mais il suffit d'une fois pour inscrire son nom à jamais dans l'histoire. Grâce à un parcours parfait, qui a vu l'Italie éliminer le pays hôte, l'Allemagne, en demi-finales puis la France en finale dans un scénario qu'on connait, Buffon a ainsi pu soulever sa première et seule Coupe du monde à Berlin, le 9 juillet 2006.

Le moment marquant

On aurait pu choisir les tirs aux buts lors de la finale 2006 face aux Bleus. Mais si l'Italie s'est offert le sacre à l'issue de cette séance, c'est surtout parce qu'elle a pu compter sur le raté de David Trezeguet, qui a touché la barre d'un Buffon battu. Mais ce qui reste comme le moment marquant du gardien transalpin est certainement son arrêt quelques minutes plus tôt, précisément à la 104e. Au cœur de la prolongation, Zinédine Zidane, esseulé au point de penalty, plaçait une tête puissante sous la barre italienne sur un centre de Sagnol. Mais le portier italien, d'une somptueuse claquette, envoyait la belle en corner pour doucher les espoirs français. Certainement la parade la plus importante de la carrière de Buffon...

Le chiffre : 2

Comme le nombre de buts qu'il a concédé lors de la Coupe du monde 2006, remportée par l'Italie. Sur les sept rencontres, et les 690 minutes qu'il a disputé, seuls son défenseur Zaccardo, contre son camp (face aux Etats-Unis), et Zidane, avec sa fameuse panenka, ont trompé la vigilance de Buffon. Une imperméabilité à toute épreuve pour celui qui a logiquement été élu meilleur gardien de la compétition.

L'archive de FF

En bilan de la Coupe du monde, le 11 juillet 2006, FF est revenu sur la compétition fantastique réalisée par le gardien : «Il n'y avait déjà pas photo avant le tournoi et il y en a encore moins après : Gianluigi Buffon est bien le meilleur gardien au monde. Sa capacité de concentration, l'étendue de son registre technique et la qualité de ses réflexes dans les moments importants d'un match ont encore fait merveille.» Une performance individuelle, mais qui ressemblait aussi à un coup de force de l'effectif de la Juventus Turin de l'époque : «Au bout du compte, cette Juve a été le symbole de cette Italie 2006. Au lieu de se perdre, de baisser les bras, les cinq Bianconeri du groupe en auront été le moteur, la force vive, l'exemple. De Fabio Cannavaro à Alessandro Del Piero en passant par Gianluca Zambrotta, Gianluigi Buffon et Mauro Camoranesi, chacun a su contribuer à sa manière à la cohésion de cette équipe, mais surtout à son épanouissement et à son impact sur la compétition.» Le portier italien terminera deuxième au classement du Ballon d'Or France Football cette année-là, derrière Fabio Cannavaro, le lauréat.

Les épisodes précédents

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :