ocampos (lucas) (F.Faugere/L'Equipe)
Ligue 1 - 8e journée

Ligue 1 (8e journée) : renversant à Nice, Marseille monte sur le podium du Championnat !

Six buts, du spectacle, de l'engagement, un carton rouge (Luis Gustavo), ce Nice - Marseille a été bouillant et intense. Après avoir mené 2-0, l'OGCN s'est écroulé pour laisser la victoire à l'OM (2-4). Les hommes de Garcia sont sur le podium.

Ocampos, ce héros

Battu à Salzbourg avec une équipe remaniée, l'OM voulait prouver que la victoire face à Toulouse le week-end dernier était le début de quelque chose. Rudi Garcia alignait d'ailleurs le même onze que face au Téfécé, avec la doublette Zambo-Gustavo au milieu du terrain. Pourtant, les Marseillais vivaient un véritable cauchemar en début de rencontre. Dominés par un Nice parfait collectivement, Thauvin et consorts étaient déjà menés 2-0 après 16 petites mintues de jeu ! Une tête de Mario Balotelli, qui devançait Rolando, sur corner (1-0, 4e) et une frappe de Seri de l'extérieur de la surface (2-0, 16e). Sur cette action, si Anguissa dégageait son camp dans un premier temps, un contrôle trop long d'Amavi permettait à l'Ivoirien de tromper Mandanda... avec l'aide du postérieur de Rami. On se croyait alors revenu aux difficiles soirées marseillaises de cette saison, comme face à Monaco ou Rennes. S'ils ne sombraient pas, les Olympiens allaient profiter des incroyables, et surtout improbables défaillances niçoises. Un cafouillage dans la surface voyait Thauvin servir, avec de la réussite, Ocampos dans son dos (2-1) ; Pierre Lees-Melou, malheureux, égalisait en marquant contre son camp (2-2, 40e). Un but consécutif à une perte de balle de Nampalys Mendy et une glissade d'un Malang Sarr pas vraiment concerné pour le coup ; enfin, juste avant la mi-temps, Marseille renversait tout une nouvelle fois grâce à Ocampos (2-3, 44e). Sur une frappe soudaine de Gustavo, Yoan Cardinale dégageait maladroitement le ballon en l'air. Ocampos s'élévait plus haut que tout le monde et concluait de près. Le voilà à quatre buts en Ligue 1 avec l'OM, son record sous le maillot phocéen. Thauvin ? Payet ? Mitroglou ? Ne cherchez pas, celui qui hisse l'OM sur le podium est Argentin... et n'entrait pas forcément dans les plans de Garcia en août.

Luiz Gustavo assomme Nice, avant d'être expulsé

Dans ce scénario fou, Luiz Gustavo enfoncait le clou en tout début de deuxième période. Et le Brésilien s'est construit son action tout seul. Il surprenait Jean Michael Seri aux 35 mètres, s'avançait et armait une puissante frappe hors de portée de Cardinale qui allait chercher un ballon dans ses buts pour la quatrième fois en 22 minutes (2-4, 48e). Le break était fait et Marseille capitalisait sur cette avance. Plus compact et solide en défense, l'OM prenait confiance. Dans ce match engagé et où tout pouvait se passer en quelques instants, Luiz Gustavo, après avoir été le héros, était renvoyé aux vestiaires pour un tacle trop appuyé sur Lees-Melou (66e). Une sanction qui paraissait méritée pour l'ensemble de son oeuvre. Dommage, dans le jeu et son impact, l'ancien de Wolfsburg était très important. Pas de quoi finalement réellement perturber l'OM, qui gérait très bien la fin de rencontre. Et voilà que Marseille monte sur le podium avec six points de retard sur le PSG, et trois sur Monaco.

Méconnaissables Niçois

À croire qu'il y a eu une panne de courant après le quart d'heure de jeu. Si on n'a pas envie d'imaginer que les Niçois ont cru au match gagné dès ce début de match clinquant, on ne les a pas reconnus dans la suite de la rencontre. Très performant en ouverture, le duo Mendy - Seri s'est ensuite éteint. Même chose pour Lees-Melou ou Allan Saint-Maximin. Ce dernier a une nouvelle fois pêché dans la finition. Quant à Balotelli et Plea, ils ont éprouvé les pires difficultés pour combiner et se trouver. Alassane Plea a d'ailleurs eu toutes les peines du monde à se montrer. Mais le vrai calvaire du soir a été vécu par Malang Sarr. En l'absence de Christophe Jallet, le jeune défenseur des Aiglons a pris l'eau sur son côté gauche. On savait déjà qu'il n'était pas le plus à l'aise à ce poste, lui qui préfère l'axe, mais ce Nice - OM ne l'a pas aidé à s'améliorer. Confirmant les carences niçoises à ce poste. S'ils ont poussé en fin de rencontre, les hommes de Favre ont cruellement manqué d'idées et de jus pour remporter ce choc. Le symbole ? Ce penalty raté par Plea après une faute bête de Sertic sur Saint-Maximin (84e). Nice est défait pour la première fois depuis la 4e journée (Amiens, 0-3) et glisse à la 10e place, à six longueurs de son adversaire du soir.
Réagissez à cet article
500 caractères max