Philippe Mexès a terminé sa carrière à l'AC Milan. (F.Faugere/L'Equipe)
Italie

Philippe Mexès a refusé l'OL et l'OM

Philippe Mexès a révélé qu'il aurait pu s'engager avec Lyon et Marseille durant sa carrière. Il a préféré rester fidèle à la Roma puis à l'AC Milan.

A la retraite depuis juin 2016 et la fin de son contrat avec l'AC Milan, Philippe Mexès, 35 ans, l'ancien défenseur de l'équipe de France, coule des jours paisibles en Italie où il s'occupe de ses enfants. L'ex-joueur d'Auxerre et de la Roma a accordé un entretien à France Football qui paraît ce mardi dans lequel il évoque les possibilités qui s'étaient offertes à lui de revenir en France «à plusieurs reprises, même sur la fin» de sa carrière. «Mais je sentais qu'on m'attendait au tournant, a confié Mexès. Ce n'est pas ce qui me faisait peur, car j'avais déjà été lynché avec les Bleus, mais je jouais dans des grands clubs. Il n'y avait pas beaucoup plus haut en France à ce moment-là.»

L'OL a notamment approché le joueur formé à l'AJA. «Gérard Houllier m'avait sondé à une période où j'étais un peu en difficulté avec la Roma, a relaté le joueur. La facilité aurait été alors de partir à l'OL. Mais ce n'était pas moi. J'aime bien contredire les gens, leur prouver qu'ils ont tort. Je me suis accroché pour retrouver ma place.» Il aurait pu également rebondir à Marseille sous les ordres de Didier Deschamps. «Il est venu me voir, il voulait m'associer à Adil (Rami), qu'il voulait aussi. Il voulait également (Jérémy) Ménez.»
«J'ai vu des joueurs essayer d'en détruire d'autres»
Autre révélation intéressante de Mexès, son rapport à l'équipe de France, qui n'a pas toujours été simple. S'il garde un excellent souvenir de ses débuts avec la génération Zidane – Barthez – Thuram, la suite a été moins rose. «Après, il y a eu un nouveau sélectionneur, des changements de joueurs. Certains ont essayé de se l'approprier, regrette l'ancien défenseur. J'ai vu des joueurs essayer d'en détruire d'autres. Certains ont même réussi... C'est pour ça aussi que je ne me sentais parfois pas à ma place.»
Réagissez à cet article
500 caractères max