frappart (stephanie) (L'Equipe)
Quatre filles dans le vent (2/4)

Stéphanie Frappart, l'élue

Première femme à arbitrer au centre en Ligue 2, elle a été retenue pour la Coupe du monde féminine au Canada.

Le 8 août 2014, à l'occasion de Niort-Brest (0-0, 2e journée), elle est entrée dans l'histoire en tant que toute première femme à officier au centre pour un match de Ligue 2. Et dans quelques jours, elle représentera l'arbitrage français à la prochaine Coupe du monde féminine au Canada -en compagnie de l'arbitre assistante Manuela Nicolosi- l'UEFA l'ayant retenue parmi neuf autres européennes.
À trente et un ans, ce petit bout de femme blonde (1,64 m) a tout simplement gravi les échelons de l'arbitrage avec une régularité impressionnante. Native du Val d'Oise, elle s'est lancée à l'âge de seize ans après avoir évolué à un bon niveau chez les féminines, notamment au CS Pierrelaye. Saison après saison, elle s'est installée dans le monde très masculin de l'arbitrage, elle qui dépend de la Ligue de Paris. Et s'est imposée sans faire de bruit. Elle a déjà dirigé quatorze rencontres cette saison pour une soixantaine d'avertissements distribués et trois expulsions.
Au printemps dernier et après trois saisons passées en National, elle a été promue de Fédérale 3 à Fédérale 2, une juste récompense, ce qui lui permet d'exercer en L2. Parallèlement à sa carrière en L2, Stéphanie Fappart dirige des rencontres internationales (UEFA, FIFA). En juillet 2012, c'était elle qui sifflait la finale de l'Euro 2012 (U19) en Turquie. Plus récemment, elle était aux commandes du quart de finale de Ligue des champions féminine Wolfsburg – Rosengard.

Bientôt en Ligue 1

Badgée FIFA, elle n'a pour l'instant pas encore exercé en Ligue 1, en dehors de quelques apparitions en qualité de quatrième arbitre. Ce ne devrait être qu'une question de temps avant qu'elle ne soit promue F1 et rejoigne ses paires Nelly Viennot, Corinne Lagrange et Ghislaine Perron-Labbé, qui ont toutes évolué en Ligue 1 par le passé, à la différence près qu'elles étaient arbitres assistants et non au centre. Au Canada, elle sera à n'en pas douter l'autre fierté d'un football féminin français qui n'en finit pas de progresser. Seul frein possible à son accession aux tours finals de la compétition : la présence des Bleues dans le dernier carré...

Frank Simon (@frank_simon)
Réagissez à cet article
500 caractères max