falcao (radamel) lemar (thomas) (F.Porcu/L'Equipe)
Ligue 1 - 19e journée

Vainqueur de Rennes, l'AS Monaco de Falcao termine la phase aller à la deuxième place

S'il a été sonné par l'égalisation de Khazri, Monaco a tout de même réussi à reprendre l'avantage pour l'emporter face à Rennes (2-1). Un succès qui permet à l'ASM d'être le dauphin du PSG à la trêve.

Et de quatre. Pour terminer 2017, l'AS Monaco a réussi à enchaîner quatre succès de rang. Une sacrée bouffée d'air frais quand on se souvient, il y a environ un mois, de la mauvaise passe monégasque entre claque en Ligue des champions face à Leipzig et Porto et défaite en Ligue 1 à Nantes et face au PSG. Ce mercredi, en clôture de la phase aller du Championnat, les Monégasques ont pris trois points face à Rennes.

Au regard du premier quart d'heure de l'ASM, on craignait que Baldé et les siens ne mettent très longtemps à marquer tant ils semblaient maladroits dans le dernier geste. On pense par exemple, dès la 28e seconde, à ce raté assez improbable de l'ancien de la Lazio, servi par Lemar, tout seul aux six mètres mais qui envoyait le cuir dans les tribunes (1re). Ou encore à cette autre frappe du Sénégalais dans le petit filet de Koubek (10e) mais aussi à cette action gâchée entre Lemar et Lopes (18e). Finalement, c'est l'indispensable Radamel Falcao qui débloquait la situation. Après une frappe sur le poteau de Rony Lopes, le Colombien récupérait, se plaçait parfaitement et armait pour son 15e but de la saison (1-0, 21e). Une réalisation malheureusement entachée d'une faute de Lopes sur Hamari Traoré non sifflée en début d'action. Le Portugais écartait le Malien du bras en l'air, ce dernier restait au sol et ne pouvait donc pas défendre et suivre son vis-à-vis sur l'action. Le clan rennais ne manquait d'ailleurs pas de le signaler à Monsieur Bastien.

D'abord maladroit, Keita Baldé a persisté

Monaco ouvrait malgré tout le score logiquement. Falcao passait même tout proche de doubler la mise sur une action individuelle, et un tir non cadré (27e). Et Rennes dans tout ça ? Pas grand-chose, si ce n'est cette frappe de Khazri, après une bonne passe de Bourigeaud, qui, si elle avait été cadrée, aurait changé le visage de ce match (3e). Après le repos, les Bretons se montraient bien plus entreprenants. Avec, surtout, enfin un tir cadré : l'oeuvre de Joris Gnagnon, après un raid solitaire difficilement dévié par Subasic (55e). Les hommes de Lamouchi étaient même rapidement récompensés par l'égalisation de Wahbi Khazri (1-1, 59e). Un but inscrit sur penalty après une faute coupable de Djibril Sidibé sur l'excellent Lea-Siliki. Monaco était presque méconnaissable, mais se réveillait enfin à un quart d'heure du terme. Enfin de la pression, et enfin de la vitesse. Ghezzal, qui venait d'entrer, décalait Sidibé qui se rattrapait pour offrir le but à Baldé en retrait (2-1, 81e). Un Keita Baldé soulagé, lui qui avait jusque-là été très maladroit au cours de cette rencontre. Un but synonyme d'une place de dauphin pour l'ASM à la fin des matches allers. Huitième, Rennes peut espérer de belles choses en 2018.
Réagissez à cet article
500 caractères max