Championnat des étoiles
acheter
tuchel (thomas) leonardo michels (arno) (J.Prevost/L'Equipe)
Ligue 1

De la finale de la Ligue des champions au licenciement de Thomas Tuchel : les 123 jours d'enfer du PSG

À croire qu'arriver en finale de la Ligue des champions, une première dans son histoire, a provoqué un véritable séisme qui se ressent encore aujourd'hui : depuis la défaite face au Bayern, si Paris s'est qualifié pour les huitièmes de la C1 et est revenu en haut du Championnat, il ne s'est pas ménagé en interne ou au niveau des blessures. FF refait le film.

Le report qui passe mal
«On joue la Ligue 1 Uber Eats, pas la Ligue 1 PSG.» Cinglant le communiqué de presse du maire PS de Lens, Sylvain Robert. Touché dans sa chair par la défaite face au Bayern, le PSG demande le report de la rencontre face au RCL, programmée six jours après l'échec de Lisbonne. Largement suffisant pour le maire artésien. Mais la Ligue ne l'entend pas de cette oreille et octroie un passe-droit à l'escouade parisienne. Un report qui ne passe pas pour les autres supporters de la Ligue 1 et qui y voient ici un traitement de faveur envers la plus grosse puissance financière du football hexagonal.
 
L'excursion bling-bling à Ibiza
Dix jours de repos. Pour déconnecter de la finale perdue face au Bayern, effacer les démons d'un rendez-vous manqué avec l'histoire... Les joueurs du Paris Saint-Germain ont eu besoin de souffler. Certains ont choisi la tranquillité et l'apaisement. D'autres ont opté pour une teinture blond platine et des soirées endiablées sur un yacht à Ibiza. En pleine période de pandémie, la petite sauterie aux Baléares passe mal. Pis encore quand trois joueurs reviennent positifs au coronavirus : NeymarAngel Di Maria et Leandro Paredes. Un manque de professionnalisme qui fait tache. Surtout au PSG.
 
Mbappé positif
Lui n'était pas là à Ibiza... Et pourtant, le Paris Saint-Germain a dû se passer de l'un de ses atouts maître du côté de Lens. Testé positif en équipe de France - ce qui a eu pour don de foutre en rogne Leonardo d'ailleurs - le champion du monde 2018 s'ajoute à la longue liste un peu poisseuse du PSG. Le résultat ne se fait pas attendre. Avec un Kalimuendo volontaire mais encore un peu juste et un Jesé hors de forme et à la limite du risible, Paris s'incline en terres artoises (1-0). La gueule de bois post Ligue des champions est puissante.
 
Quand l'OM fait perdre pied au PSG
La pire publicité possible pour le football français : des joueurs des deux clubs les plus populaires du pays se battent, se crachent dessus et offrent une image absolument pitoyable. Incapables de prendre le dessus sur son ennemi de toujours, les Parisiens, menés depuis la demi-heure de jeu et un but de Florian Thauvin, perdent complètement pied et terminent la rencontre à huit. Neymar, Leandro Paredes et Layvin Kurzawa sont expulsés. Pire encore : l'OM s'impose au Parc pour la première fois depuis dix ans. Deuxième revers en trois jours pour les débuts parisiens en Ligue 1 version 2020-21...
 
Les sanctions tombent
Nous sommes le 16 septembre. Après les polémiques, place aux sanctions. Et la commission de discipline inflige six matches de suspension à Layvin Kurzawa pour son altercation avec Jordan Amavi. Côté Parisiens, Neymar, également expulsé en fin de partie, prend trois matches dont un avec sursis. Même tarif pour Leandro Paredes. Quant à Angel Di Maria, accusé de crachat envers Alvaro Gonzalez, il doit encore patienter.
 
Juan Bernat, la lourde perte
La scène se passe quelques minutes après le verdict de la commission de discipline qui a suspendu Layvin Kurzawa pour six matches. Les grimaces font redouter un diagnostic terrible. Cela n'a pas loupé. À l'heure de jeu au Parc des Princes, et alors que Paris galère à dominer le FC Metz, Juan Bernat s'écroule sur le pré. La douleur est là. Le staff médical l'aide à quitter le terrain. Le verdict tombe vingt-quatre heures plus tard : rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche. Taulier parisien en Ligue des champions, Bernat voit sa saison quasiment se terminer. Pour laisser un couloir gauche bien vide, avec désormais les seuls Mitchel Bakker ou Abdou Diallo pour compenser.

Quatre matches sans Angel Di Maria
Nouvelle séance de la commission de discipline ce 23 septembre. Au menu du jour : les sanctions à décider envers Angel Di Maria, qui a craché vers Alvaro Gonzalez. Le couperet tombe : l'Argentin est reconnu coupable et prend quatre matches en tribunes. Une semaine plus tard, la LFP ne décidera d'aucune sanction envers Neymar, accusé de racisme sur Hiroki Sakai.
 
Et Leonardo prit la parole
6-1. Net et sans bavure : le Paris Saint-Germain vient d'humilier Angers au Parc des Princes. Un premier but sous ses nouvelles couleurs pour Alessandro Florenzi. Cinq buteurs différents. Quatrième victoire consécutive en Championnat et une remontée au classement qui se précise enfin. Le champion de France en titre semble enfin en train de retrouver un peu de stabilité. Cette impression ne dure que quelques minutes. Car après la rencontre, Leonardo débarque en zone mixte devant les journalistes. Les mots fusent et font énormément de bruit : «Il doit respecter la politique sportive du club.» Il, c'est Thomas Tuchel, sèchement recadré. En cause, les propos de l'entraîneur parisien, sur la gestion de l'effectif, notamment lors du mercato : «Oui, l'effectif est moins fort, avait lâché Tuchel. Si on reste comme ça, on ne peut pas demander les mêmes objectifs à une équipe réduite. (...) En général, on perd trop de joueurs sans récupérer d'argent.» Visé, Leonardo réplique : «On n'a pas aimé, dit-il, au sujet des mots de l'Allemand. Le club n'a pas aimé. On n'a pas apprécié, on va voir en interne ce qu'on fait.» Il y a le feu en interne, et l'avenir de Thomas Tuchel se pose clairement.

Lire : - «Il doit respecter la politique sportive du PSG» : Leonardo recadre Tuchel

La folle hécatombe
Attachez vos ceintures, la liste est dingue : Marco Verratti, Julian Draxler, Thilo Kehrer, Mauro Icardi, Juan Bernat et Marquinhos blessés ; Danilo Pereira cas contact au Covid-19 ; Angel Di Maria et Layvin Kurzawa suspendus. Ces neuf joueurs sont indisponibles pour le déplacement à Nîmes du vendredi 16 octobre (4-0) ! Ajoutez à cela les Neymar et Leandro Paredes qui reviennent d'Amérique du Sud et les Européens comme Kylian Mbappé qui étaient également en sélection...

Manchester United refroidit l'ambiance
Le 20 octobre, ouverture de la Ligue des champions 2020-21. Avec un statut de tenant du titre à défendre pour le Paris Saint-Germain. Sauf que les grands débuts sont ratés : avec encore Marcus Rashford en bourreau. Déjà buteur sur penalty lors du "fameux" huitième de finale de C1 en 2019, l'attaquant anglais offre la victoire aux Red Devils à la 87e minute.

Neymar se blesse
Pour la deuxième journée de Ligue des champions à Basaksehir, Neymar, touché à la cuisse, doit sortir dès la demi-heure. Il sera absent pour deux matches.

Danger pour le finaliste
S'il se rattrape en s'imposant à Basaksehir pour la deuxième journée, le PSG tombe une nouvelle fois dans la revanche de la dernière demi-finale. Avec un Presnel Kimpembe en grande difficulté, le champion de France en titre s'incline 2-1 à Leipzig et se met sérieusement en danger pour une qualification.

Leonardo conforte Tuchel
«Le club doit apporter son soutien et aussi dire des choses, ce qu'on pense. C'est normal. On n'a pas aimé que la discussion sur le mercato soit publique (NDLR : En octobre dernier). Il a dit ça, on respecte. Le club a eu une position. On a parlé entre nous, ce sont des choses qui arrivent. Aujourd'hui, la situation est claire pour tout le monde. Il y a des discussions en interne. Ce serait même bizarre de ne pas en avoir ! De temps en temps, c'est un peu plus chaud, oui, c'est comme ça. Mais, la vérité, les faits, c'est qu'en interne, on n'a jamais pensé à changer Tuchel. On n'a jamais appelé personne, jamais. Après, il y a les gens qui parlent car le rôle d'entraîneur du PSG est envié. Heureusement ! Mais, honnêtement, le club n'a jamais pensé à un autre entraîneur pour remplacer Tuchel.» Lors d'une session de questions-réponses, le 10 novembre, Leonardo calme le jeu avec son entraîneur.

La remontada de Monaco
Doublé de Kylian Mbappé. 37 minutes de jeu à Monaco : le PSG mène tranquille 2-0 et va confirmer son net regain en Ligue 1. Mais à six minutes de la fin, Cesc Fabregas convertit le penalty du... 3-2 et offre les trois points aux joueurs de Niko Kovac. Avec un Thomas Tuchel qui interroge sur son choix de placer depuis quelques matches un Danilo Pereira en difficulté en défense centrale. Ce sujet va énormément crisper...

Nouvelle défaite au Parc, et nouvelle blessure pour Neymar
Décidément, face aux équipes importantes de la Ligue 1, le PSG est à la peine et confirme ainsi une saison bien inconstante : après Marseille, c'est Lyon qui vient s'imposer au Parc ! Pire encore, sur un violent tacle de Thiago Mendes, Neymar est touché à la cheville et doit mettre fin à son année 2020.

La nouvelle hécatombe
Après Neymar, à Lille (0-0), ce sont Layvin Kurzawa, Presnel Kimpembe et Alessandro Florenzi qui sortent sur blessure en moins de dix minutes !

La nouvelle sortie de Tuchel
Le 23 décembre, Thomas Tuchel envoie une nouvelle pique à sa direction dans une interview Sport1 en Allemagne : «Parfois, c'est très facile, parfois, un gros défi, car un club comme le PSG a de nombreuses influences qui vont bien au-delà des intérêts concentrés de l'équipe.»

Thomas Tuchel, la fin
Et arrive donc ce 24 décembre où, au lendemain de la victoire parisienne sur Strasbourg (4-0), on apprend que Paris décide de se séparer de Thomas Tuchel. Fou !
Réagissez à cet article
500 caractères max
6Phyl6 25 déc. à 2:22

Joyeux Noël aux enfants de Tuchel, ils ont du gouter en connaisseurs.Un seul point positif: ce club est vraiment en train d’écœurer tout le monde.Le bling bling a ses limites, pour ma part je préfère la sagesse un peu bonhomme de province à ces délires de nouveaux riches. Une fois encore, comme dans la fable de La fontaine, cette vilaine grenouille explose de s'être crue trop belle.

Toto0 25 déc. à 1:40

Tuchel mérite un trophée à lui tout seul, beaucoup d’équipes vont lui courir après!

Toto0 25 déc. à 1:29

Et s’ils perdent à Neymar, ils redeviendront une équipe de deuxième catégorie!!!Bye bye Ligue des Champions!!!

BPavard 24 déc. à 18:46

Joyeux Noël.Tuchel trouve rapidement un autre club, Leonardo ne trouvera jamais un autre club.

Law25 24 déc. à 15:28

Bonjour à tous!!! Un article parfait qui résume les maux du club. Le problème du PSG est peut être le coach. Mais la mentalité et le manque de professionnalisme des joueurs personne n'en parle? Le PSG doit revoir sa politique de gestion. Comme partout ailleurs, c'est le coach qui fait les frais. Vivement l'après Tuchel. On verra ce que ça va donner avec Pochettino.

voir toutes les réactions
ADS :