saada (maxime) (A.Reau/L'Equipe)
Ligue 1

Droits TV : Canal+ veut un nouvel appel d'offres !

Maxime Saada, le président du directoire de Canal +, a lâché une bombe dans un entretien au Figaro. Avec son lot de droits rendu et la volonté d'un nouvel appel d'offres !

C'est l'énorme coup de tonnerre de ce début d'année dans le feuilleton indécis et assez inquiétant des droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2. «Nous sommes arrivés à la conclusion côté Canal+ qu'il était dans l'intérêt pour toutes les parties prenantes de passer par un appel d'offres. Nous avons donc adressé un courrier à la LFP pour lui indiquer la restitution du lot 3 que beIN Sports nous a sous-licencié.» La phrase est signée Maxime Saada, président du directoire de Canal+ qui lâche cette information dans un entretien accordé au Figaro. Pour une mesure qui sera effective le 5 février. Pour rappel, Canal+ diffuse actuellement la rencontre du samedi 21 heures et celle du dimanche 17 heures au cours de chaque week-end de Ligue 1.

«Pour Canal+ , la Ligue 1 a perdu beaucoup de valeur»

De quoi aggraver encore plus une situation qui devient de plus en plus problématique pour l'avenir et la survie du football français. Avec des clubs, dont certains encore plus que d'autres, très dépendants de ces recettes. Toujours au Figaro, Maxime Saada a ajouté vouloir proposer une «solution technique universelle pour suivre les matches en pay per view», c'est-à-dire le paiement au match, pour éviter la diffusion gratuite des rencontres sur Téléfoot. «Pour Canal+, la Ligue 1 a perdu beaucoup de valeur», admet également Maxime Saada. Un nouvel appel d'offres qui peut en tout cas faire craindre un niveau très bas des prochains droits. «J'estime que le produit L1 a été dégradé dans l'absolu, tranche encore Saada. La diffusion sur Téléfoot a fortement réduit l'exposition de la compétition (...) L'arrivée de Mediapro a contribué à la croissance exponentielle du piratage.» Quelle va être la réaction de la LFP ?

À noter que ce mardi, au terme d'une réunion entre des dirigeants de clubs, la LFP et l'UNFP, cette dernière (le syndicat des joueurs) a invité les footballeurs professionnels à «discuter rapidement avec leurs clubs pour envisager les modalités de réduction de leurs rémunérations afin de sauver le football professionnel fortement affecté par cette crise et pour faire en sorte que la saison 2020-21 aille à son terme», est-il expliqué dans un communiqué. On savait déjà que l'année 2021 allait être très compliquée pour le football français. En voici une première preuve.
Réagissez à cet article
500 caractères max
Gauchos 13 janv. à 4:40

C+ et BeIn sports s’entendent comme larrons en foire dans ce mess et leurs intérêts sont convergents. Maintenant les medias sportifs français et la LFP vont devoir être très tres gentils avec BeIn Sports et le PSG, tous les deux financés par le Qatar, les seuls avec C+ à pouvoir et vouloir injecter des fonds dans le systeme, pour sauver ce qui reste à sauver. Et Sarkosy (qui a les qataris dans le foot francais) et grand copain de Bollore, va devoir user de tous ses talents.

oskare68 12 janv. à 23:17

Bien sûr qu'il a raison.La Ligue recherche un pigeon qui viendrait distribuer des centaines de millions parce qu'ils ne savent pas quoi faire.Canal n'est pas une vache a lait

Gauchos 12 janv. à 22:20

(Partie 4 et derniere) Et la on trpretrouve l'idée d’Aulas de 3 ligues pro avec moins de clubs par ligue. Le vieux visionnaire va encore avoir raison. Si seulement il pouvait la ramener avec moins d’arrogance, peut être qu’on arriverait a l’écouter un peu plus.

Gauchos 12 janv. à 22:17

(Partie 3) Conclusion le foot pro est pris en otage par cette guerre d’ego et les moyens de coercition de Bollore viennent de se révéler. En tous cas cela va permettre à Labrune de faire passer la L1 à 16 ou 18 , ce qui est sa volonte et correspond à la demande de Saada, afin que les coûts de diffusions soient moins important (8 ou 9matchs à couvrir par journée au lieu de 10) et la qualité des matchs rehaussés. ...

Gauchos 12 janv. à 22:09

(Partie 2) Bollore en position de force pour sauver le foot pro desire que l’etat intervienne a son avantage pour obtenir la meme précocité de droits de diffusion des films nouvellement sortis que celle de Netflix ou Amazon et que le taux de tva sur les abonnements soit reduit de 10 à 5 %. Macron lui souhaite que CNews modifie sa ligne editoriale (tendance actuelle Zemour, Pascal Praud) ce que Bolloré refuse (source le Quotidien sur RMC du 10 janvier dernier ...

voir toutes les réactions
ADS :