Championnat des étoiles
acheter
paqueta (lucas) depay (memphis) (S.Boue/L'Equipe)
Ligue 1 - 32e journée

Ligue 1 : Avec un Memphis Depay retrouvé, Lyon se rapproche du podium en battant Angers (3-0)

Grâce à un doublé de Memphis Depay et un but de Lucas Paqueta, l'Olympique Lyonnais revient à un point de Monaco et reste à l'affût du trio de tête.

La leçon : Lyon reste dans la course

Il se devait de l'emporter pour ne pas décrocher du podium. C'est chose faite. L'Olympique Lyonnais a répondu à Lille, Paris et Monaco, tous trois victorieux lors de cette 32e journée, et recolle à une unité des joueurs de la Principauté, troisièmes.
 
Pour une fois, Lyon est parvenu à se mettre rapidement à l'abri d'Angers, puisque les Rhodaniens menaient déjà de deux buts à la mi-temps. Avec Islam Slimani titularisé en pointe, les Gones ont pu s'appuyer sur les qualités physiques de l'Algérien pour sortir proprement les ballons et préparer au mieux les phases offensives. Excellent point de fixation, l'attaquant passé par Leicester a souvent été dans les bons coups comme sur l'action amenant le corner du but. Un coup de pied de coin joué à deux par Memphis Depay, qui centrait au second poteau pour Lucas Paqueta. Le Brésilien ratait l'immanquable en envoyant sa frappe sur le poteau de Paul Bernardoni. Mais un coup de billard bien heureux pour l'OL faisait revenir le ballon dans les pieds de son capitaine, qui animait le tableau d'affichage de façon acrobatique (1-0, 22e). Le Batave se payait même un doublé en fin de match. Parfaitement lancé par Lucas Paqueta dans le dos de la défense, Depay piquait son ballon et lobait un Bernardoni impuissant (3-0, 81e).
 
Quelques minutes avant l'ouverture du score, c'est pourtant le SCO qui était tout proche de prendre les devants, mais Stéphane Bahoken butait sur Anthony Lopes (17e). Angelo Fulgini, à l'origine du décalage sur l'occasion de Bahoken, s'est montré à son avantage ce dimanche soir au Groupama Stadium. Le numéro 10 angevin arrosait ses partenaires de bons ballons (14e, 45e) et se procurait lui-même quelques occasions (28e, 45e+1, 64e). Lui et ses coéquipiers ont manqué de précision, notamment sur les centres (35e), pour exploiter les espaces laissés dans les couloirs par les hommes de Rudi Garcia, qui, pour une fois, s'en sont plutôt bien sortis face à un bloc resserré et sa défense à cinq.
 
Les demi-finalistes de la dernière Ligue des champions menaçaient à plusieurs reprises Paul Bernardoni (8e, 19e, 21e, 32e, 51e, 55e), et doublaient la mise juste avant la pause. Sur un centre de Karl Toko Ekambi, dévié par Mateo Pavlovic, Lucas Paqueta, esseulé au second poteau glissait le ballon dans les filets scoïstes (2-0, 41e). Les joueurs de Stéphane Moulin ont eu deux grosses opportunités pour réduire l'écart, mais Mohamed-Ali Cho ne parvenait pas à redresser suffisamment sa frappe, et la tentative de Loïs Diony s'écrasait sur la barre de Lopes (90e+4). L'OL, qui rencontrera Lille et Monaco lors des trois prochaines journées, ne s'est pas raté ce week-end dans la course au podium, et peut même encore croire au titre.

Le gagnant : Depay de nouveau buteur

Le Néerlandais a remis les choses dans l'ordre face à Angers. Critiqué dernièrement pour ne pas assez peser dans le jeu lyonnais et pour se montrer décevant sur les phases offensives, le capitaine rhodanien a montré qu'il était le leader de l'attaque en inscrivant un doublé, son premier depuis le 6 février (contre Strasbourg). Il n'avait d'ailleurs plus inscrit le moindre but depuis près de deux mois (le 19 février à Brest). Il s'est rendu très disponible pour ses partenaires et sa relation avec Islam Slimani a plutôt bien fonctionné.

Le perdant : Doumbia oublie Paqueta

Aligné à gauche dans le 5-3-2 de Stéphane Moulin, l'Ivoirien n'a pas réalisé un grand match. Il est coupable de plusieurs maladresses dans ses relances et a perdu de nombreux ballons (22). Souleyman Doumbia tient sa part de responsabilité sur le deuxième but lyonnais. Si Pavlovic joue de malchance en déviant le ballon dans les pieds de Paqueta, lui est beaucoup trop lent dans son replacement, ce qui laisse une belle zone de confort au Brésilien pour ajuster Bernardoni.  
 
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :