Championnat des étoiles
acheter
(F.Faugere/L'Equipe)
Ligue des Champions - Quarts

Ligue des champions : L'énorme coup du Paris Saint-Germain, victorieux sur la pelouse du Bayern Munich !

Soirée dingue à Munich ! Sous la neige, le PSG a mené 2-0, avant d'être repris à 2-2 puis de parvenir à l'emporter grâce à un énorme Kylian Mbappé (3-2). Pour la première défaite du Bayern (auteur de 31 tirs ce mercredi) en C1 depuis plus de deux ans. Les portes des demi-finales sont plus que jamais possibles pour les Parisiens avant le retour de mardi prochain.

La leçon : Un exploit qui ressemble à un nouvel acte fondateur

Improbable. C'est le mot qu'on aurait envie de choisir pour qualifier ce quart de finale aller de la Ligue des champions. Quatre blessures en 45 minutes, le Bayern qui prend trois buts à la maison, de la neige qui tombe et tient sur la pelouse un 7 avril. 31 tirs à 6 en faveur de Munich, mais une défaite au bout. On n'a pas été au bout de nos surprises dans ce Bayern-PSG. Mais quelle énorme performance ramenée d'Allemagne par les troupes de Pochettino ! Victorieux en Bavière pour la deuxième fois de son histoire en C1 en cinq visites, le champion de France en titre a été d'un réalisme froid. Et même s'il est loin d'être qualifié, une place en demi-finales et une élimination du tenant du titre sont plus que jamais possibles. Un coup de tonnerre dans cette compétition.
Premier acte de notre soirée improbable, cette tête sur la barre de Choupo-Moting, l'ancien Parisien (3e). Sur l'action qui suivait, Di Maria alertait Neymar qui, à son tour, servait Mbappé d'une passe dont il a le secret. La puissance du tir du champion du monde 2018 surprenait Neuer (0-1, 3e). Des débuts parfaits. Il fallait alors un festival de Navas pour maintenir cette avance. Müller ne parvenait pas à mettre de la puissance (10e), quand le portier costaricain était parfait sur une tête de Goretzka (19e) et sur une frappe de Pavard (20e). Dix tirs après vingt minutes : Munich poussait plus que jamais. Avec un Dagba, préféré à Kehrer à droite, en souffrance face à Coman. Pourtant, sur un coup de pied arrêté repoussé, Neymar envoyait une incroyable passe du gauche, sans contrôle, vers Marquinhos. Couvert par la défense bavaroise, le capitaine terminait (0-2, 28e). Lui qui venait pourtant de demander le changement, visiblement touché aux adducteurs. Herrera lancé, Pochettino devait faire reculer Danilo Pereira en charnière aux côtés de Kimpembe. Un moment de flottement dont profitait le Bayern à peine cinq minutes après la sortie de Marquinhos. Trop peu attaqué, Pavard centrait vers un Choupo-Moting abandonné par Danilo (2-1, 37e). On se disait alors que cela pouvait être très, très long pour Kimpembe et consorts.
Un succès XXL, loin de la bouillie vue face à Lille samedi dernier en Ligue 1, qui lui permet d'envoyer un message à toute l'Europe : oui, le Paris Saint-Germain est prêt à aller jusqu'au bout et peut s'imposer contre n'importe qui.
Pourtant, derrière, le Bayern, qui a vu Goretzka et Süle céder leur place à Davies et Boateng en première période, devenait un peu trop brouillon pour aspirer à vite revenir. De son côté, Pochettino devait également effectuer un nouveau changement dès le retour des vestiaires (Bakker remplaçant Diallo). Paris ratait le break (52e) et s'exposait toujours plus, même si le côté droit de la défense avait été visiblement réajusté à la pause. Mais le PSG ne résistait pas : un nouveau coup de patte de Kimmich trouvait un Müller lancé pour une sorte de copie de la réduction du score (2-2, 60e). De là à voir le navire parisien couler sous la pression ? Pas vraiment, finalement. A l'image d'un Sané peu inspiré, le Bayern manquait d'idées et les absences de Lewandowski et Gnabry se faisaient vraiment sentir. Coupable d'une bien mauvaise passe sur une action qui aurait pu être dangereuse (65e), Di Maria, sur courant très alternatif dans cette rencontre, initiait l'action décisive. Mbappé héritait du cuir, faisait face à un Boateng trop peu agressif et surprenait tout le monde, à commencer par Neuer, avec cette frappe au premier poteau (2-3, 68e). Clinique de chez clinique. Munich était sonné et ne parvenait pas à trouver son second souffle. A l'image de Coman, les Bavarois tiraient la langue en fin de rencontre. Paris, dans le sillage d'un Gueye pas loin d'être exemplaire, tenait bon. Pour terrasser le Bayern à la surprise générale. Un succès XXL, loin de la bouillie vue face à Lille samedi dernier en Ligue 1, qui lui permet d'envoyer un message à toute l'Europe : oui, le Paris Saint-Germain est prêt à aller jusqu'au bout et peut s'imposer contre n'importe qui.

Le gagnant : Mbappé, encore lui

Comme l'impression que la Ligue des champions, et surtout les phases à élimination directe, vont devenir SA compétition. Auteur d'un triplé stratosphérique à Barcelone en huitième de finale, Mbappé a remis ça sur la pelouse d'un mastodonte européen. Dans un style assez différent du Camp Nou. Aligné en pointe, le Français a effectué peu de retours défensifs pour garder tout le jus et la lucidité possible lorsque l'occasion de faire mal à Neuer se présenterait. Bilan : deux tirs, deux buts, sur 26 ballons touchés. Le voilà à huit buts dans cette C1 2020-21, record personnel sur une édition. On l'attendait de pied ferme après une parenthèse internationale décevante, il n'a pas déçu, bien au contraire.

Le perdant : Neuer, Munich, c'est pas Lisbonne

Si performant lors de la dernière finale de la Ligue des champions, Neuer n'est cette fois pas parvenu à pénétrer les têtes parisiennes. Un seul arrêt à son actif, et trois buts dans la besace. Il a, et de loin, perdu son duel à distance avec un Navas qu'il ne faut surtout pas oublier dans le succès parisien. Difficile d'évaluer vraiment le but du 1-0 signé Mbappé, Neuer ne pouvant empêcher la lourde frappe du français de rentrer. Pour le reste, ce fut des duels perdus, en face-à-face avec Marquinhos, puis face aux jambes de Boateng pour le 3-2. Car il est vrai que sa défense a été loin de lui donner un coup de main...
Réagissez à cet article
500 caractères max
florent02 8 avr. à 12:03

Le fantôme de M. U. planera sur le Parc au retour. Ne pas se croire immunisé avant l'heure.

Fan74 8 avr. à 9:02

Pas étonnante cette victoire parisienne. Le psg réussit très souvent son match aller en ldc mais est très fébrile lors du match retour. Heureusement ce deuxième match se déroule une semaine après et donc les parisiens resteront dans l'esprit combatif et guerrier de la première confrontation. On peut y croire.

RensenbrinkRIP 8 avr. à 1:45

Mais où va t'il s'arrêter ce Kylian? Finale de la CM à 19 ans (seulement Pelé et Bergomi ont joué une finale de CM à moins de 20 ans), avec un but à la clé. 3 buts au Camp Nou et 2 buts à Munich. il est incroyable ce Titi (traduction de Titi pour ses grands supporteurs du sud: minot ou pitchoun).

Kiwi1212 7 avr. à 23:59

Le Bayern a trop vendangé, ratio nombre de tirs-buts ridicule, même si Navas a fait une fois de plus un grand match. Paris doit savourer mais ne pas oublier qu'il y a un match retour, l'ours munichois n'est pas encore mort.

ridan2002 7 avr. à 23:18

Le Bayern n'est pas encore éliminé. Un retour éminent de celui ci au match retour à Paris.

voir toutes les réactions
ADS :