Championnat des étoiles
acheter
Soccer Football - Europa League - Semi Final First Leg - Villarreal v Arsenal - Estadio de la Ceramica, Villarreal, Spain - April 29, 2021 Villarreal's Raul Albiol celebrates scoring their second goal with teammates REUTERS/Pablo Morano (Reuters)
Ligue Europa - Demies

Ligue Europa : Arsenal, battu, limite la casse à Villarreal

Mené 2-0 à dix contre onze sur le terrain de Villarreal, Arsenal a réduit l'écart sur penalty grâce à Nicolas Pépé. Les Espagnols peuvent nourrir quelques regrets au vu de la maîtrise qu'ils ont affiché, en éteignant notamment le milieu londonien pendant une bonne partie du match.

La leçon : Arsenal évite le pire

Les Gunners ne sont pas passés loin du naufrage au Madrigal. Menés 2-0 sur le terrain de Villarreal, les hommes de Mikel Arteta se sont (en partie) sortis d'un sale guêpier. Et plutôt de façon bienheureuse. Sans être très dangereux, ils obtenaient un penalty dans les 20 dernières minutes. Un coup de pied de réparation extrêmement généreux, tant Trigueros ne semblait pas accrocher Saka, qui jouait bien le coup. Pépé, froid, d'un tir plein axe, remettait les siens dans le coup (1-2, 72e). Avec un but d'écart, Arsenal évite la très mauvaise déconvenue dans cette demi-finale aller de Ligue Europa et conserve ses chances de qualification pour la finale.

Voir aussi :
- Le film du match
On se disait pourtant qu'Arsenal allait rentrer en Angleterre avec les valises un peu lourdes. Surtout quand Ceballos se faisait expulser pour un deuxième jaune (57e). Mais le penalty de Pépé a remis un minimum d'allant aux joueurs de Mikel Arteta, légèrement plus entreprenants mais qui ne se procuraient pas d'occasions. Ils ont d'ailleurs été maladroits en première mi-temps, manquant de précision dans le dernier geste (25e), ou la dernière passe (15e, 28e, 39e, 49e). Aubameyang a bien eu une opportunité d'égaliser en fin de rencontre, mais sa frappe était repoussée par Rulli (90e + 4). Car c'est bien Villarreal qui mettait à mal Arsenal par un pressing assez haut. Le milieu espagnol, emmené par Parejo et Capoue, a parfaitement maîtrisé celui des Anglais, et ainsi empêché les relations avec les offensifs. Mais les joueurs d'Unai Emery ont quelque peu baissé le pied et Arsenal a mieux respiré. La sortie de Capoue, sur blessure après un tacle non-contrôlé sur Saka – il était exclu au passage en recevant un second jaune - enlevait un peu plus la sérénité de l'entrejeu ibérique.

Avant cela, on a bien cru qu'en deux torpilles, le Sous-marin jaune avait coulé le cuirassé nommé Gunners. Au Madrigal, les Londoniens n'avaient même pas eu le temps de faire chauffer le moteur que Trigueros croisait sa frappe dans la surface (1-0, 5e). Villarreal proposait du jeu et c'est logiquement qu'il doublait la mise, profitant de la passivité défensive d'Arsenal. Sur un corner de Trigueros, Moreno décroisait sa tête qu'Albiol poussait au fond des filets de Leno (2-0, 29e). Le portier allemand a bien sauvé les siens de la catastrophe en remportant ses duels face à Moreno (43e, 66e, 68e). Mais le rythme de croisière du submersible espagnol ralentissait par la suite, les joueurs étant sans doute marqués par cette première période de bon niveau. Villarreal a néanmoins démontré qu'il était en mesure de gérer Arsenal. Les Gunners sont quant à eux touchés mais pas coulés. Avec ce but inscrit à l'extérieur et ce score de 2-1, le cuirassé a toujours son adversaire sur le radar.
5 - Arsenal a concédé un but après seulement quatre minutes et 39 secondes, le plus précoce en compétition européenne depuis celui d'Edinson Cavani, après 42 secondes lors du match contre le PSG en Ligue des champions, en septembre 2016. Concentration.

Le gagnant : La petite revanche d'Emery

Il avait passé un an et demi sur le banc des Gunners avant de se faire indiquer la sortie par ses patrons, faute de résultats. Unai Emery a prouvé ce jeudi qu'il savait organiser un collectif et obtenir des résultats. La première période de ses joueurs transpirait l'assurance et flirtait avec la perfection au vu du score (2-0 à la pause). Villarreal a un peu baissé de rythme ensuite, mais reste en bonne position pour composter son billet pour la finale. Emery n'a pris que la moitié de sa revanche sur son ancien club. L'autre moitié, elle est à prendre du côté de l'Emirates.

Le perdant : Ceballos trop discret

On n'a pas vraiment vu l'Espagnol ce jeudi soir. Il prend un petit pont dans la surface par Chukwueze qui amène l'ouverture du score du Sous-marin jaune, puis a manqué de justesse dans son jeu, comme sur cette passe en profondeur mal dosée vers Smith-Rowe (23e). Derrière, il n'a pas pesé sur le jeu des Gunners et n'a pas apporté de dynamisme alors que son équipe en avait grand besoin. Après un carton jaune reçu pour une faute d'antijeu en première mi-temps (44e), il écope d'un second avertissement en prenant involontairement sur la cheville de Parejo.

Florent Larios
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :