Championnat des étoiles
1 Live acheter
lemar (thomas) (S.Mantey/L'Equipe)
CM 2022 - Éliminatoires

Kazakhstan-France : Ousmane Dembélé - Thomas Lemar, un duo qui donne des ailes

Titulaires ensemble pour la première fois depuis la Coupe du monde 2018, Dembélé et Lemar, très disponibles face au Kazakhstan (2-0), ont symbolisé le renouveau créatif de l'équipe de France par rapport au piètre match nul face à l'Ukraine mercredi (1-1). Les voilà de nouveau bien positionnés dans la hiérarchie des milieux offensifs français, à moins de trois mois de l'Euro.

Ils étaient sans doute les deux titulaires alignés par Didier Deschamps qui jouaient le plus gros ce dimanche après-midi. Ousmane Dembélé et Thomas Lemar, absents d'une liste du sélectionneur depuis respectivement 28 et 16 mois, étaient chargés de booster une animation offensive atone quatre jours plus tôt face à l'Ukraine (1-1). Un pari finalement réussi par les deux joueurs, qui n'avaient plus débuté en même temps sous le maillot bleu depuis le triste match nul du Mondial russe face au Danemark (0-0). A l'origine de la majorité des offensives françaises, ils ont été les premiers perturbateurs d'un bloc kazakhstanais très regroupé, comme attendu.
 
Les deux joueurs ont affiché un niveau dans la lignée de leurs derniers mois réussis en club. Au Barça, Dembélé évolue de plus en plus dans une position axiale et c'est dans cette zone qu'on l'a souvent retrouvé en début de rencontre, toujours disponible pour ses coéquipiers, y compris Hugo Lloris, dont il a magnifiquement réceptionné le long renvoi (7e). L'ancien Rennais faisait ensuite preuve d'un peu de déchet, dans ses conduites de balle (15e) et ses dribbles (16e). Mais lorsqu'il a été parfaitement décalé par Antoine Griezmann, "Dembouz" s'est mis en très bonne position pour ajuster le gardien adverse d'un tir croisé du pied droit (0-1, 19e). Un peu plus désaxé au fil de la rencontre, Dembélé se montrait plus discret, à l'image d'une équipe de France un peu moins impliquée au retour des vestiaires.

Lire aussi : - L'équipe de France fait le job au Kazakhstan
 
A l'heure de jeu, l'entrée de Kylian Mbappé, avec qui la complicité ne date pas d'hier sur le terrain, lui a redonné un second souffle : dans les secondes qui suivaient, un une-deux entre les deux hommes avait failli déboucher sur un troisième but (61e). Si le gardien kazakhstanais devait sortir sa reprise de la tête (69e), sa demi-volée était elle repoussée par un défenseur (70e), à la suite d'une frappe cadrée de son compère de l'attaque. Mais le plus beau mouvement intervenait à la 74e minute, lorsque Dembélé lançait magnifiquement en profondeur Mbappé qui obtenait un penalty. De quoi rapidement faire oublier sa glissade sur corner (72e), entraînant une sortie de but immédiate. Averti pour contestation à la suite d'une faute pas évidente (87e), le Blaugrana a cédé sa place à Kingsley Coman en toute fin de match (89e), donnant sérieusement envie d'être revu en Bosnie mercredi. Sensation identique pour Thomas Lemar, même si lui n'a pas marqué ou été à l'origine d'un penalty.

Lemar, le profil hybride attendu ?

Le joueur de l'Atlético Madrid, annoncé à gauche du 4-4-2, a comme souvent eu tendance à évoluer comme un troisième milieu central, laissant son couloir à Lucas Digne, qui pouvait tranquillement se porter vers l'avant. Le système initial de Didier Deschamps s'est ainsi régulièrement mué en 4-3-3 et il est arrivé à l'ancien Monégasque de dézoner à droite, notamment après s'être chargé des corners de ce côté. Préposé aux coups de pieds arrêtés, Lemar a failli délivrer sa deuxième passe décisive avec les Bleus mais la tête de Clément Lenglet était difficilement repoussée par Alexander Mokine (61e). Auparavant, dans le jeu, sa magnifique inspiration, d'un joli piqué au-dessus du portier kazakhstanais, aurait mérité d'être catapultée au fond des filets par Anthony Martial mais Sergiy Maliy sauvait in extremis (42e), avant de marquer contre son camp sur le corner suivant (0-2, 43e).

Lire aussi : - Les notes de Kazakhstan-France

Oublié par Kylian Mbappé sur l'action qui amenait le penalty (73e), alors qu'il était tout seul à gauche de son ancien coéquipier sur le Rocher, Lemar a multiplié les prises de balle, avec des passes précises à 92,5% et une protection de balle suscitant la frustration des adversaires (2 fautes subies). Également inspiré dans des zones plus reculées (100% de réussite dans ses passes longues), le gaucher a fait preuve d'une personnalité qui lui faisait défaut lors de ses derniers rassemblements en équipe de France. Il a en tout cas marqué des points et s'est affirmé comme une option viable dans le 4-4-2 asymétrique français, un rôle qui reste à prendre depuis la mise à l'écart de Blaise Matuidi, malgré le retour en grâce d'Adrien Rabiot. Son profil plus offensif et sa propension naturelle à évoluer à ce poste depuis le début de sa carrière jouent assez nettement en sa faveur. Reste à reproduire ce type de performances, pourquoi pas dès mercredi alors que Rabiot pourrait accompagner Paul Pogba devant la défense, en l'absence de N'Golo Kanté.

Oscar Lippert

Retrouvez toute l'actu des Bleus sur francefootball.fr
Réagissez à cet article
500 caractères max
labiscole 30 mars à 11:31

Tout à fait moyens , tous les deux.

GERRY 28 mars à 20:44

Enfin : 2/0, face au Kazakhstan, arrêtez de montrer les biceps. C'est nul.

ADS :