kurbos (tony) (PICHON/L'Equipe)
Mon match de légende

Mon match de légende : FC Barcelone - Metz 1984, «la preuve formelle que tout était possible dans la vie, surtout les plus belles choses»

Dans le cadre du Top 50 des matches de légende à retrouver dans le nouveau numéro de France Football, nous vous avons invités à nous raconter VOTRE soirée inoubliable. Premier épisode avec l'inoubliable seizième de finale de la C2 en 1984 et l'incroyable exploit messin au Camp Nou.

Mon match de légende se déroule le 3 octobre 1984. J'ai 14 ans, les matches, à l'époque, ne sont quasiment jamais retransmis à la télévision. Je fais ce que je fais dès qu'il y a un match : je m'allonge sur le lit, je place ma radio sous mon oreiller et j'écoute la rencontre sur France Inter. Ce soir-là, match retour de la Coupe des coupes entre le FC Barcelone et le FC Metz au Camp Nou. Après une défaite à domicile à l'aller (2-4) de l'équipe française. Bref : mission impossible pour le "Petit Poucet". C'est un multiplex. Celui de Metz a démarré plus tardivement que les autres. Barcelone marque en premier : c'est cuit. Metz ne va pas enfiler à la suite quatre buts au grand barça. Et pourtant...
J'avais 14 ans, et j'ai d'un seul coup eu la preuve formelle que tout était possible dans la vie, surtout les plus belles choses.
On arrive à 3-1 pour Metz. En plateau, des journalistes débriefent la soirée, les autres matches étant terminés, quand j'entends : «Allo Paris !». Je retiens mon souffle, comme tous les journalistes en plateau. Pierre Loctin, la voix déjà cassée par l'émotion, répond : «Ouiii ?», et là, transporté par une euphorie rare, Jacques Vendroux, à Barcelone, hurle : «Je vous appelle pour le but de la QUA-LI-FI-CA-TION messine !». Loctin, sous le choc, répond «C'est pas possible !» et Vendroux enchaîne par un «SIII !» qui finit de défoncer mon oreille aplatie contre mon oreiller. Je ne suis pas supporter messin, mais ce moment, je l'entends encore aujourd'hui comme si c'était hier. J'avais 14 ans, et j'ai d'un seul coup eu la preuve formelle que tout était possible dans la vie, surtout les plus belles choses.
Renaud Chartoire
Réagissez à cet article
500 caractères max
ch.bour34 15 janv. à 15:05

idem allongé sur le lit, mais je suis messin et on avait radio L la radio local qui était en direct du nou-camp, je me souviens au 4 eme but, le commentateur a, dans un excés de joie, pulvérisé son studio et j'ai dû terminé sur france inter. quelle joie !!

Silvaneric 15 janv. à 9:41

Ce soir là T. Rolland présentait une émission qui nous donnait les résultats et les images des clubs Français (gratuit à l'époque). En conclusion, Thierry Rolland annonçait 2 clubs qualifiés sur 5 (Laval et Lens) car pour lui Metz, après sa défaite 2-4 à domicile, était déjà éliminé et comme le match retour avait débuté à 22H à Barcelone et que Metz était encore mené 1-0, il n'y avait aucun espoir ! Il n'avait toujours pas compris l'essence du foot. Comme en 2006 !

RensenbrinkRIP 13 janv. à 22:19

Bravo Monsieur Chartoire. Très sympa à lire, et cela rappelle des bons souvenirs du lycée. Exploit incroyable du FC Metz en 1984. Il y a avait aussi l'année d'avant la qualification d'un autre ``David'' Français (Laval) contre un autre ``Goliath'' du football Européen (Dynamo Kiev).

bbu06 13 janv. à 20:40

match de légende qui te fait adorer le foot : oui tout est possible ! la preuve...

ADS :